Opération LASER: bientôt plus de 1 350 militaires déployés dans 25 CHSLD au Québec

Opération LASER: bientôt plus de 1 350 militaires déployés dans 25 CHSLD au Québec. [MDN]
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Le ministre de la Défense Harjit Sajjan et le leader du gouvernement à la Chambre des communes, Pablo Rodriguez, faisant le point ce matin sur le travail des Forces armées canadiennes sur l’opération LASER, la réponse des Forces armées canadiennes (FAC) à la pandémie COVID-19, ont indiqué qu’en réponse à une troisième demande de Québec, le nombres de militaires déployés dans les établissement québécois de longue durée sera porté à plus de 1 350, couvrant ainsi 25 CHSLD.

Le déploiement initial des militaires le 20 avril a été effectué dans cinq centres d’hébergement de soin de longue durée (CHSLD). Par contre, étant donné l’évolution et la gravité de la situation dans d’autres CHSLD du Québec, les Forces armées canadiennes ont effectué des déploiements de militaires supplémentaires.

Puis, le 2 mai, les Forces armées canadiennes ont envoyé plusieurs autres centaines de militaires prêter main forte aux autorités civiles au Québec dans la lutte à la pandémie.

Et en date d’aujourd’hui, 7 mai, les FAC comptent plus de 1 020 membres engagés à aider 20 établissements de soins de longue durée au Québec. De ce nombre, plus de 670 membres du personnel médical et du personnel de soutien apportent leur contribution à l’intérieur des établissements, et près de 350 coéquipiers fournissent un soutien essentiel au quotidien, par exemple la livraison d’équipement de protection individuelle et d’autres fournitures nécessaires, le maintien d’une liaison avec la province ainsi que la planification visant à améliorer les opérations pour mieux aider les patients des établissements de soins de longue durée.

À la demande du Québec, des membres des Forces armées canadiennes sont actuellement en service dans les établissements suivants :

·        CHSLD Vigi Reine‑Elizabeth (Montréal);

·        Centre de soins prolongés Grace Dart (Montréal);

·        Résidence Berthiaume‑Du Tremblay (Montréal);

·        CHSLD Vigi de Mont‑Royal (Ville Mont-Royal);

·        CHSLD des Floralies‑De‑Lasalle (LaSalle);

·        Centre d’hébergement de Saint‑Laurent (Saint‑Laurent);

·        CHSLD Argyle (Saint‑Lambert);

·        CHSLD Benjamin‑Victor‑Rousselot (Montréal).

·        Manoir de Verdun (Montréal);

·        Centre d’hébergement Yvon Brunet (Montréal);

·        CHSLD Hôpital Sainte Anne (Sainte-Anne-de-Bellevue);

·        CHSLD Valéo (Saint-Lambert);

·        CHSLD Villa Val des Arbres (Laval);

·        CHSLD Auclair;

·        CHSLD de la Rive;

·        CHSLD Eloria-Lepage (Montréal);

·        Centre d’hébergement Jean-De-La-Lande (Montréal);

·        Centre d’hébergement Saint-Andrew (Montréal);

·        CHSLD Denis-Benjamin Viger (Île-Bizard);

·        Le Bellagio (Longueuil).

Et maintenant, après une troisième demande de Québec, des centaines d’autres militaires seront déployés dans les CHSLD québécois en crise.

D’autres membres des Forces armées canadienne seront ainsi déployés dans les prochains jours pour aider les résidents les plus vulnérables du Québec, Ottawa prévoyant que, au terme du déploiement, environ 1 350 membres des FAC seront affectés à cette tâche pour soutenir non plus 13, ni 20, mais jusqu’à 25 établissements.

La quasi totalité du personnel médical des FAC en appui aux autorités civiles

Répondant indirectement au premier ministre québécois François Legault qui se plaignait cette semaine que les militaires canadiens n’était pas déployés assez rapidement, le ministre de Sajjan a indiqué que les Forces armées canadiennes, en réponse aux demandes de Québec, se retrouvent maintenant à avoir déployé la quasi-totalité de leur personnel médical dans les établissements de soins de longue durée du Québec, ne laissant que le minimum sur les bases militaires et dans les communautés nordiques.

«Nous avons agi très rapidement. Nous avons fait quelque chose qui n’avait jamais été fait avant. Bien sûr, tout le monde aurait voulu que ça se passe plus vite. Mais les militaires travaillent le plus vite possible pour fournir l’aide adéquate.», a déclaré le ministre Sajjan, son collègue Pablo Rodriguez soulignant pour sa part qu’ «il a fallu faire de la reconnaissance, on ne peut pas débarquer juste comme ça dans un CHSLD».

Les Forces armées, d’expliquer le ministre de la Défense, doivent consacrer 5 jours à former leur personnel avant intervenir dans les CHSLD, un contexte qui ne leur est pas immédiatement familier. Les équipes des Forces armées canadiennes, constituées des militaires issus de bases et escadres à l’échelle du pays, ont dû être adaptées aux conditions particulières de la tâche à accomplir.

Ainsi, les militaires ont reçu une formation pour savoir comment interagir avec les équipes médicales et utiliser de l’équipement de protection individuelle de qualité médicale. Ils ont aussi suivi une orientation obligatoire dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée assurée par le gouvernement du Québec. 

Les tâches effectuées par les militaires varient selon les besoins. La plupart d’entre elles sont exécutées sous la supervision nécessaire des spécialistes des milieux de santé.

Les militaires sont regroupés en équipe de renfort médical composé d’un/ne infirmier/ère et de six techniciens médicaux, ainsi qu’un groupe d’aide de service. Ces équipes travaillent en collaboration avec le personnel médical civil sur place.

• Préparer, servir et ramasser les repas,
• Alimenter les usagers,
• Laver les mains et le visage des usagers,
• Contribuer aux soins d’hygiène,
• Participer aux différents services pour l’usager,
• Accompagner un usager autonome à la marche ou à la toilette,
• Rassurer les usagers,
• Nettoyer, ranger et entretenir le matériel,
• Préparer et distribuer certains produits, et
• Partager les observations avec les collègues des soins infirmiers afin d’assurer le meilleur suivi possible aux usagers

Les militaires canadiens se chargent aussi de l’entretien ménager dans plusieurs établissements.

Pendant ce temps, ailleurs au Canada

Pendant ce temps, en Ontario, les FAC ont commencé à apporter leur soutien dans cinq établissements de soins de longue durée (ESLD) dans la région métropolitaine de Toronto, en réponse à une demande d’aide du gouvernement de l’Ontario.

Bien que le nombre exact de militaires déployés fluctue, les FAC ont affecté environ 265 membres du personnel médical et de soutien.

À la demande de l’Ontario, les membres des FAC servent maintenant dans les établissements suivants :

·        Orchard Villa (Pickering);

·        Altamont Care Community (Scarborough);

·        Eatonville (Etobicoke);

·        Hawthorne Place (North York);

·        Holland Christian Homes Grace Manor (Brampton).

Les conditions dans ces établissements de soins de longue durée et dans d’autres endroits dans tout le pays sont surveillées par les provinces. Le soutien des FAC pourrait donc être réévalué, si nécessaire, explique la Défense nationale.

Le soutien des FAC à ces CHSLD est conçu comme une mesure provisoire pour aider l’Ontario et le Québec à traverser une situation critique à court terme.

Les communautés nordiques

Les Rangers canadiens sont des membres actifs de leur communauté et ils sont fiers d’apporter leur aide en ces temps difficiles. En raison de la COVID‑19, environ 1 200 Rangers sont employés dans de nombreuses communautés à l’échelle du Canada, dont plusieurs centaines au Québec.

Au Québec, les Rangers canadiens ont été déployés au Nunavik, sur la Côte-Nord et en Basse-Côte-Nord pour soutenir ces communautés éloignées dans leur lutte contre la COVID-19. Les Rangers canadiens contribuent à ralentir et à arrêter la propagation de la COVID-19 : ils préparent des zones de triage pour faciliter le travail du personnel de la santé et fournissent une aide humanitaire aux populations vulnérables.

Dans le nord de la Saskatchewan, les Rangers canadiens fournissent un soutien logistique, notamment en ce qui concerne les contrôles de bien-être, le transport et la distribution de fournitures locales aux membres de la communauté. Ils aident également à doter en personnel les postes de commandement et les centres d’urgence gérés par les municipalités et les communautés, à recueillir des données et des statistiques sur les opérations de secours liées à la COVID-19 et à soutenir la sécurité alimentaire des communautés par la chasse, la cueillette et la pêche. Certains aident également les aînés de la communauté en coupant et en livrant du bois de chauffage, en assurant le transport et le ravitaillement de l’eau et en livrant des médicaments et des produits alimentaires.

Et dans l’archipel de Haida Gwaii de la Colombie-Britannique, au Yukon, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut, les Rangers canadiens effectuent des contrôles de bien-être, recueillent des données sur la santé des communautés dans le cadre des efforts de secours liés à la COVID-19 et livrent des biens essentiels comme des produits alimentaires et des médicaments sur ordonnance aux personnes dans le besoin.

Et il faut aussi savoir que, parallèlement, les FAC continuent de participer à des opérations internationales, notamment à des exercices aux côtés de nos alliés de l’OTAN dans le cadre de l’opération REASSURANCE où, à la suite du tragique accident d’hélicoptère survenu la semaine dernière au large des côtes de la Grèce, six membres des forces canadiennes ont péri, une enquête et des opérations de récupération étant toujours en cours au moment d’écrire ces lignes.