L’ombudsman des vétérans quitte le navire trois ans avant la fin de son mandat

Craig Dalton. (Gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Craig Dalton, nommé en novembre 2018 ombudsman des vétérans du Canada, quittera son poste cette semaine, plus de trois ans avant la fin normal de son mandat.

M. Dalton, qui compte plus de 25 ans d’expérience dans les Forces armées canadiennes, avait occupé plusieurs postes clés auparant, notamment: commandant de la base des Forces canadiennes Gagetown et commandant de l’Armée de terre, responsable du Régiment royal de l’Artillerie canadienne; chef d’état‑major du Centre de doctrine et d’instruction de l’Armée canadienne; ainsi que chef des opérations / commandant de l’équipe de reconstruction provinciale de Kandahar.

Avant de devenir ombudsman des vétérans du Canada, il avait aussi occupé le poste de sous‑ministre des Services familiaux et sociaux du gouvernement de l’Île‑du‑Prince‑Édouard, après avoir occupé des postes similaires au gouvernement du Nouveau‑Brunswick.

Le 11 mai 2020
Je souhaite vous annoncer que j’ai décidé de relever de nouveaux défis et que ma dernière journée en tant qu’ombudsman des vétérans sera ce vendredi. 
Je suis reconnaissant de l’expérience enrichissante que j’ai acquise à titre d’ombudsman. Je suis particulièrement reconnaissant d’avoir eu l’occasion de rencontrer des vétérans et leur famille partout au Canada et de discuter avec eux, et d’avoir collaboré avec plusieurs excellentes organisations de vétérans et des personnes dévouées qui continuent de faire un travail formidable au nom de nos vétérans et pour les soutenir. J’ai aussi grandement apprécié les avis et les conseils que j’ai reçus de la part d’un certain nombre de vétérans, de membres de leur famille, de chercheurs passionnés et de défenseurs des droits des vétérans dont les voix, les pensées et les idées ont façonné le travail de notre bureau. Je tiens à remercier tout particulièrement les membres engagés du Conseil consultatif de l’ombudsman des vétérans pour les excellents conseils qu’ils m’ont prodigués et pour le soutien continu que je sais qu’ils fourniront au Bureau.
En terminant, je tiens à remercier l’équipe très dévouée du Bureau de l’ombudsman des vétérans qui continue de travailler sans relâche, chaque jour, pour promouvoir l’équité pour les vétérans et leur famille. Je sais que vous continuerez à faire de votre mieux pour assurer des résultats équitables pour les vétérans.
Craig Dalton
Ombudsman des vétérans

L’ombudsman des vétérans est un agent impartial, indépendant et qui relève directement du ministre des Anciens Combattants du Canada. Il conseille le Ministère au sujet du bien‑être des vétérans et de leur famille. Il a pour mandat d’examiner les plaintes relativement au respect des dispositions de la Déclaration des droits des anciens combattants ainsi que les questions liées aux programmes et aux services administrés par le Ministère, et de faciliter l’accès des clients aux programmes et services en leur fournissant de l’information et de l’orientation.

Succédant à Guy Parent qui avait occupé ce poste depuis 2010, M. Dalton avait été nommé pour cinq ans en novembre 2018. Son mandat ne prenait donc fin qu’en 2023.

Mais très tôt, en fait dès 2019, moins d’un an après son entrée en fonctions, le nouvel ombudsman avait exprimé sa crainte que son bureau ne perde la confiance et le respect de certains anciens militaires et de leurs familles.

Tout en saluant le travail des deux ombudsmans précédents, Pat Stogran et Guy Parent, le nouvel ombudsman avait noté que les vétérans croyaient de plus en plus que le bureau de l’ombudsman n’avait pas la compétence ni l’indépendance pour traiter les problèmes personnels et systémiques les plus pressants auxquels sont confrontés les anciens militaires et les ex-membres de la GRC.

Craig Dalton avait alors réclamé un examen indépendant de son mandat – un examen qui comprendrait la possibilité pour lui de faire rapport de façon indépendante et directe au Parlement, au lieu de se rapporter au ministre des Anciens Combattants.

Créé il y a 13 ans par le gouvernement conservateur, le bureau de l’ombudsman a une longue histoire de tensions avec les fonctionnaires du ministère des Anciens combattants, particulièrement à l’époque du premier ombudsman, Pat Stogran, qui a mené un certain nombre de batailles épiques contre la bureaucratie du ministère, et malgré nombre de rapports analytiques bien documentés produits ensuite par le bureau sous l’égide de son successeur, Guy Parent, qui décrivaient en détail les lacunes du système, le bureau n’a jamais pu obtenir la confiance totale des vétérans.

Pour sa part, le ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, Lawrence MacAulay, a remercié, comme il est d’usage, Craig Dalton, soulignant ses «plus de 25 années de service au sein des Forces armées canadiennes», reconnaissant son leadership et affirmant qu’il «continuera d’être un intervenant respecté au sein de la communauté des vétérans».

Le ministre MacAulay ne s’était pas prononcé l’an dernier sur la question de l’examen du mandat de l’ombudsman dans un avenir prévisible, et n’avait pas révélé s’il partageait l’évaluation de Craig Dalton selon laquelle certains membres de la communauté des anciens combattants avaient perdu confiance en leur ombudsman et en son indépendance.

Pour sa part, Dave Blackburn, ex-militaire devenu chercheur à l’Université du Québec, n’a pu s’empêcher de souligner «que tout cela va avec l’ensemble de ce qui se passe dans ce ministère depuis les dernières années: changement de ministre à répétition, aucune orientation claire sur les enjeux actuels pour les vétérans. Et toute la question des 105 millions de dollars destinés aux anciens combattants pour l’année fiscale 2018-2019 que le gouvernement Trudeau et les quatre ministres des Anciens combattants qui se sont succédé (O’Regan, Wilson-Raybould, Sajjan et MacAuley) n’ont même pas été capables d’utiliser.

De là à conclure que M. Dalton est parti parce qu’il en avait assez, il n’y a qu’un pas, que l’ex major Blackburn n’hésite pas à franchir, déclarant que «Craig Dalton en avait fort probablement plus qu’assez d’être sur un navire sans gouvernail».