Opération LASER chez les aînés: bond spectaculaire du nombre de militaires infectés

Des membres du 12e Régiment blindé du Canada se rendent au Centre Vigi Mont-Royal, centre d'hébergement et de soins de longue durée, pour fournir de l'aide lors de l'opération LASER, à Montréal, au Québec, le 11 mai 2020. (Caporal (Cpl) Genevieve Beaulieu/Technicienne en Imagerie/Section imagerie Valcartier)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le nombre de militaires qui assistent les autorités civiles dans les établissements de soins de longue durée dans le cadre de l’opération LASER atteints de la COVID-19 a fait un bond spectaculaire, passant de 5 à 28 en moins de deux semaines.


Mise à jour 23/05/2020, 8h44

Une personne de plus a été testée positive en Ontario, faisant passer le total pour les deux provinces, Québec et Ontario, à 29 personnes testées positives.

En date du 23 mai, la répartition des cas de COVID-19 détectés chez les militaires des FAC déployés dans le cadre de l’opération LASER pour travailler dans les ESLD au Québec et en Ontario est comme suit:

  • Ontario
    • 13 personnes testées positives
  • Québec
    • 16 personnes testées positives

Il n’y a pas eu de mise à jour vendredi, 22 mai.


Le 15 mai, dans une mise à jour sur les cas actifs de COVID-19 chez les militaires qui servent dans les établissements de soins de longue durée, les Forces armées canadiennes avaient annoncé que cinq des leurs avaient été infectés pendant leur déploiement pour venir en aide aux établissements de soins de longue durée où sévit la COVID-19.

Quatre de ces soldats étaient affectés à des CHSLD au Québec et le cinquième en Ontario alors que d’autres avaient été mis en quarantaine à des fins d’observation.

Aujourd’hui, les Forces armées canadiennes ont indiqué que 28 militaires déployés dans ces établissements avaient été déclarés positifs pour la COVID — 16 au Québec et 12 en Ontario.

Les Forces armées canadiennes et le ministère de la Défense nationale (MDN), qui se refusaient depuis le 20 mars à divulguer le nombre de militaires atteints pour des raisons de «sécurité opérationnelle», s’étaient engagés le 15 mai à fournir toutes les deux semaines des mises à jour pour informer les Canadiens sur le nombre de militaires infectés par la COVID-19 dans le cadre de leur travail dans les établissements de soins de longue durée (ESLD) au Québec et en Ontario.

Aujourd’hui, elles annoncent qu’elles publieront plutôt une mise à jour quotidienne, ne cachant pas qu’elles s’attendent à davantage de cas alors que les militaires continuent de travailler dans des foyers de soins de longue durée dans ces deux provinces, dont l’une, le Québec, est la province la plus affectée du pays et où l’essentiel des troupes se trouve dans la grande région de Montréal, l’épicentre de la pandémie au Canada.

Jeudi, sur les 45 495 cas confirmés au Québec, plus de la moitié du total canadien de 81 312, Montréal dénombrait 23 064 cas confirmés de COVID-19, auxquels il faut ajouter Laval, 4950 cas confirmés, et Montérégie, 5575, pour un total de plus de 33 589 pour la région métropolitaine.

Les Forces armées canadiennes (FAC) et le ministère de la Défense nationale (MDN) fourniront des mises à jour pour informer les Canadiens et les Canadiennes sur le nombre de membres des FAC infectés par la COVID-19 dans le cadre de leur travail dans les établissements de soins de longue durée (ESLD) au Québec et en Ontario. Ces mises à jour seront fournies chaque jour de la semaine avant 15 h, pendant la durée du déploiement des FAC dans les ESLD.
En date du 20 mai, la répartition des cas de COVID-19 détectés chez les militaires des FAC déployés dans le cadre de l’opération LASER pour travailler dans les ESLD au Québec et en Ontario est comme suit :
Ontario
12 personnes testées positives
Québec
16 personnes testées positives
Ces données sont fondées sur les renseignements les plus récents disponibles.

Ce sont maintenant, non plus 1 400, mais près de 1700 membres des Forces armées canadiennes qui sont déployés dans une trentaine de foyers de soins de longue durée, 25 au Québec et cinq en Ontario. Ils offrent une assistance médicale et assurent également des rôles de soutien, notamment pour l’entretien, l’alimentation et l’aide aux besoins essentiels des résidents.

Les Forces armées assurent que tous les militaires déployés dans ces établissements disposent d’un équipement de protection individuelle (EPI) et ont reçu une formation adéquate sur la façon de l’utiliser. En outre, ces militaires sont aussi logés dans des hôtels afin de protéger les autres membres des Forces armées.

Mais le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, n’a jamais caché que «Cette mission essentielle et importante n’est pas sans risque ». «Nous continuons de nous efforcer de réduire les risques en appliquant tous les protocoles nécessaires sur recommandation du médecin général des FAC», mais «Il n’en demeure pas moins que notre personnel travaille dans un environnement où le niveau de menace est élevé», expliquait le général Vance dans son avant dernière lettre aux membres et familles des Forces armées canadiennes le 15 mai, remerciant à cette occasion «toutes les personnes envoyées en renfort dans ces établissements de leur professionnalisme sans faille et de leur dévouement constant à la mission.»

Le premier ministre Justin Trudeau pour sa part a indiqué que les Forces armées envisageaient l’octroi d’une prime de risque pour les militaires déployés dans des foyers de soins, semblable aux indemnités de risque versées lors d’une affectation dangereuse à l’étranger.

Par ailleurs, si le nombre de militaires de l’opération LASER atteints de la COVID sera dorénavant publié quotidiennement, le nombre de militaires atteints participant à des opérations extérieures ne sera pas divulgué pour des raisons de sécurité opérationnelle.