Opération LASER: un soldat infecté en Ontario, quatre au Québec

Une équipe composée de militaires provenant de divers endroits au Québec fournit des soins aux résidents du centre d’hébergement et de soins de longue durée Vigi Reine-Élizabeth, à Montréal (Québec), dans le cadre de l’opération LASER, le 10 mai 2020. (Caporal (Cpl) Genevieve Beaulieu/Technicienne en Imagerie/Section imagerie Valcartier)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Dans une mise à jour sur les cas actifs de COVID-19 chez les militaires qui servent dans les établissements de soins de longue durée, les Forces armées canadiennes confirment que cinq des leurs ont été infectés pendant leur déploiement pour venir en aide aux établissements de soins de longue durée où sévit la COVID-19.

Quatre de ces soldats étaient affectés à des CHSLD au Québec et le cinquième en Ontario alors que d’autres ont été mis en quarantaine à des fins d’observation.

Les Forces armées canadiennes et le ministère de la Défense nationale (MDN), qui se refusaient depuis le 20 mars à divulguer le nombre de militaires atteints pour des raison de «sécurité opérationnelle», fourniront désormais des mises à jour pour informer les Canadiens sur le nombre de militaires infectés par la COVID-19 dans le cadre de leur travail dans des établissements de soins de longue durée (ESLD) au Québec et en Ontario, indique aussi le communiqué publié aujourd’hui.

Seul le nombre de militaires atteints participant à des opérations extérieurs ne sera pas divulgué. Les mises à jour sur le nombre de militaires atteints de la Covid-19 dans le cadre de l’opération LASER seront, elles, publiées toutes les deux semaines pendant la durée du déploiement des Forces armées canadiennes dans les ESLD ici, au Canada

Les Forces armées expliquent ce revirement par leur désir d’informer les militaires, leurs familles, de même que les résidents et membres du personnel des ESLD, des répercussions du virus sur le personnel militaire et l’efficacité des mesures de protection et de prévention.

Les FAC ont affecté environ 1 400 militaires dans 25 établissements de soins de longue durée (ESLD ou CHSLD) au Québec, ainsi que 275 militaires dans 5 ESLD en Ontario.

De ce nombre, quelque 1000 du personnel médical et de soutien œuvrent à l’intérieur des centres, les autres fournissant du soutien, assurant la livraison d’équipement de protection individuelle et d’autres fournitures nécessaires, le maintien de la la liaison avec les autorités civiles, ainsi que la planification visant à améliorer les opérations «pour mieux aider les patients des établissements de longue durée».

Les Forces armées canadiennes, en réponse aux demandes du Québec et de l’Ontario, se retrouvent donc maintenant à avoir déployé dans le cadre de l’opération LASER contre la pandémie de COVID-19 la quasi-totalité de leur personnel médical dans les établissements de soins de longue durée du Québec et d’autres en Ontario, ne laissant que le minimum sur les bases militaires et dans les communautés nordiques.

Protection et prévention

Tous les militaires affectés dans des établissements au Québec et en Ontario sont formés et équipés convenablement, indique également les Forces armées canadiennes. «Nos militaires prennent simultanément des mesures de précaution extraordinaires pour entraver la propagation de la maladie, ainsi que préserver leur santé et demeurer prêts à aider les autorités civiles.»

Les Forces armées, avait expliqué le ministre de la Défense le 7 mai en faisant le point sur le travail des Forces armées canadiennes sur l’opération LASER doivent consacrer 5 jours à former leur personnel avant intervenir dans les CHSLD, un contexte qui ne leur est pas immédiatement familier. Les équipes des Forces armées canadiennes, constituées des militaires issus de bases et escadres à l’échelle du pays, ont dû être adaptées aux conditions particulières de la tâche à accomplir.

Ainsi, les militaires ont reçu une formation pour savoir comment interagir avec les équipes médicales et utiliser de l’équipement de protection individuelle de qualité médicale. Ils ont aussi suivi une orientation obligatoire dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée assurée par le gouvernement du Québec. 

Avant d’être affecté dans les ESLD, le personnel militaire reçoit de la formation dans divers domaines, notamment le déplacement sécuritaire des résidents, les protocoles du port et bon usage de l’équipement de protection individuelle, les procédures d’alimentation des résidents et les soins de chevet. Le personnel suit également une période de familiarisation et d’orientation en établissement afin d’assurer un travail bien structuré et efficace à son arrivée en poste. Il reçoit en outre une formation en santé mentale afin de le préparer à la réalité actuelle dans les ESLD.

Mesures en cas transferts d’un établissement à un autre

S’il advient que les autorités provinciales demandent à militaires déployés dans un ESLD d’être transféré à un autre établissement aux besoins plus pressants, précisent aujourd’hui les Forces armées canadiennes, ces militaires feront d’abord l’objet d’un examen pour vérifier leur état de santé, et toutes les mesures sanitaires personnelles seront appliquées à la lettre. En outre, les Forces armées canadiennes ont réservé des hôtels pour loger les militaires apportant du soutien à l’intérieur des ESLD. Des systèmes indépendants d’alimentation, de transport et de buanderie seront mis à la disposition des militaires afin de maintenir une force autonome.

«Cette mission essentielle et importante n’est pas sans risque », a toutefois admis le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, dans sa dernière lettre aux membres et familles des Forces armées canadiennes, publiée elle aussi aujourd’hui. «Nous continuons de nous efforcer de réduire les risques en appliquant tous les protocoles nécessaires sur recommandation du médecin général des FAC», mais «Il n’en demeure pas moins que notre personnel travaille dans un environnement où le niveau de menace est élevé», explique le général Vance qui remercie «toutes les personnes envoyées en renfort dans ces établissements de leur professionnalisme sans faille et de leur dévouement constant à la mission.»

Par ailleurs, les Forces armées ont tenu à faire l’éloge du personnel civil «qui travaille courageusement et sans relâche dans les ELSD d’un bout à l’autre du Canada.», ajoutant que «La santé et le bien-être des membres du personnel militaire et de leurs proches restent une priorité […], ce qui contribuera à préserver notre capacité à aider les autorités civiles dans des périodes de crise comme celle que nous traversons actuellement.»