Première sortie publique de Kim Jong-un en près de trois semaines

Kim Jong-un a participé à l’inauguration d’une usine d’engrais vendredi, a affirmé l’agence de presse officielle KCNA. Il n’était pas apparu en public depuis qu’il avait présidé une réunion du Politburo le 11 avril.[KCNA via KNS/AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Kim Jong-un a participé à l’inauguration d’une usine vendredi, a indiqué l’agence KCNA, dans la première affirmation d’un média officiel d’une apparition publique du dirigeant nord-coréen depuis que des rumeurs sur sa santé ont commencé à courir le mois dernier.

«Le dirigeant suprême Kim Jong-un coupe le ruban pour l’inauguration de l’usine d’engrais phosphatés de Sunchon», indique une dépêche de KCNA, qui a publié samedi des photos de l’évènement, le montrant notamment aux côtés de sa sœur et conseillère Kim Yo Jong.

Il «a assisté à la cérémonie», et «tous les participants ont lancé des hourras !» quand il est apparu, a-t-elle ajouté.

Kim a également visité l’usine, et a été «informé sur le processus de production», a encore indiqué KCNA.

Le leader nord-coréen n’était pas apparu en public depuis qu’il avait présidé une réunion du Politburo le 11 avril. Le lendemain, les médias officiels avaient affirmé qu’il inspectait des avions de chasse sur une base militaire.

Les interrogations sur l’état de santé de Kim Jong-un se sont multipliées depuis son absence remarquée aux célébrations du 15 avril. Cette journée est la plus importante du calendrier politique nord-coréen car tout le pays commémore alors la naissance du fondateur du régime, Kim Il-sung, son grand-père.

Vendredi d’après KCNA, « le dirigeant suprême a dit avec profonde émotion que Kim Il-sung et Kim Jong-il [père de Kim Jong-un], qui ont travaillé dur pour résoudre le problème de l’alimentation pour le peuple seraient extrêmement satisfaits s’ils apprenaient que l’usine moderne d’engrais phosphatés a été bâtie ».

Les spéculations sur l’était de santé de Kim Jong-un étaient parties le 21 avril du Daily NK, média en ligne géré essentiellement par des Nord-Coréens ayant fait défection.

Citant des sources non identifiées à l’intérieur du pays, il avait affirmé que Kim Jong-un, âgé d’environ 35 ans, était dans un état préoccupant, souffrant en plus de son tabagisme, d’obésité et de surmenage.

La chaîne CNN américaine avait alors rapporté que les États-Unis « surveillaient des renseignements » selon lesquels il était en danger de mort après une opération.

Secret bien gardé

Minimisant les rumeurs, le conseiller spécial à la sécurité nationale du président sud-coréen Moon Jae-in, avait assuré le 26 avril que Kim Jong-un était «vivant et en bonne santé».

Selon ce conseiller, Moon Chung-in, le dirigeant était à Wonsan, station balnéaire de la côte est de Corée du Nord, depuis le 13 avril.

De même le président américain Donald Trump, interrogé sur le sujet le 27 avril, avait semblé confirmer que Kim Jong-un était vivant.

De nouveau interrogé vendredi à Washington, M. Trump a refusé de commenter les informations de KCNA.

L’état de santé du dirigeant nord-coréen est un secret d’État extrêmement bien gardé, dans un pays notoirement opaque vis-à-vis de l’étranger, et où la liberté de la presse n’existe pas.

En 2011, il avait fallu deux jours après la mort de Kim Jong-il pour que l’information sorte du cercle très fermé des dignitaires de Pyongyang.

En 2014, son fils et successeur Kim Jong-un avait disparu de la circulation pendant près de six semaines, puis était réapparu avec une canne.

Au terme de plusieurs jours, les services de renseignements sud-coréens avaient assuré qu’il avait été opéré pour lui retirer un kyste à la cheville.

Autre sujet de spéculation: l’épidémie de coronavirus, qui a durement touché les deux pays voisins de la Corée du Nord, Chine et Corée du Sud. D’après Pyongyang, aucun cas n’a été signalé dans un pays qui a fermé ses frontières et applique les précautions les plus strictes contre la maladie.