GB: la piste «terroriste» retenue dans une attaque au couteau qui a fait trois morts

Des policiers changent le pneu d'un véhicule à un barrage près d'un parc où s'est produite une attaque meurtrière au couteau, à Reading le 20 juin 2020. [AFP]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

La police britannique a affirmé dimanche considérer désormais comme « terroriste » l’attaque au couteau qui a fait trois morts samedi soir dans un parc de Reading, à l’ouest de Londres.

Un suspect, âgé de 25 ans et habitant de cette ville de de 200.000 habitants située à environ 60 kilomètres de la capitale britannique, a été interpellé et placé en garde à vue peu après les faits.

Le Premier ministre Boris Johnson s’est dit « scandalisé et écoeuré que des gens aient perdu la vie de cette manière ». « Si des leçons doivent être tirées », « nous les tirerons », a-t-il déclaré, affirmant que le gouvernemnt « n’hésiterait pas à prendre des mesures » là où ce serait nécessaire.

Trois autres victimes ont été grièvement blessées et hospitalisées, selon les enquêteurs.

Le chef du gouvernement conservateur a tenu dimanche matin une réunion avec des responsables de la sécurité ainsi que plusieurs ministres à Downing Street et a été informé de l’avancée de l’enquête, selon un porte-parole.Les enquêteurs pensent que l’auteur a agi seul, selon le chef de la police antiterroriste, Neil Basu. « Nous ne recherchons personne d’autre », a-t-il déclaré. Si les motivations de cet « acte horrible » sont « loin d’être certaines », l’antiterrorisme a pris la tête des investigations, a-t-il expliqué.

Inchangé, le niveau de la menace terroriste demeure classé « important », soit le troisième degré sur cinq dans l’échelle des autorités britanniques. Le public doit rester « vigilant » sans s’alarmer, a expliqué M. Basu.

Plusieurs médias britanniques présentent le suspect comme un réfugié libyen. Selon le Daily Telegraph, citant une source sécuritaire, sa « santé mentale » est considérée comme un « facteur majeur ».

Dans un premier temps, la police n’avait pas retenu de caractère « terroriste » pour cette attaque, survenue en début de soirée samedi à Forbury Gardens, affirmant toutefois que les enquêteurs « gardent l’esprit ouvert » à cet égard.

Localisation d’une attaque au couteau meurtrière, samedi soir à Reading, à l’ouest de Londres, pour laquelle un suspect a été interpellé. [AFP]

Verre entre amis

Des témoins cités par l’agence de presse britannique PA ont raconté qu’un homme avait attaqué plusieurs groupes réunis dans ce parc lors de cette soirée ensoleillée.

« Le parc était plein, beaucoup de gens étaient assis pour boire un verre avec des amis quand une personne est arrivée, a soudainement crié des mots inintelligibles et est allée vers un groupe d’une dizaine de personnes, essayant de les attaquer au couteau », a raconté à l’agence PA Lawrence Wort, témoin de la scène.

« Il a poignardé trois d’entre eux, gravement dans le cou et sous les bras, puis il s’est retourné et a commencé à courir vers moi, on s’est retournés et on a commencé à courir », a expliqué ce coach sportif de 20 ans.

« Quand il a réalisé qu’il ne pourrait pas nous rattraper, il a réussi à atteindre une personne à l’arrière du cou et quand il a vu que tout le monde commençait à courir, il est parti du parc », a-t-il raconté.

La police a appelé les internautes à ne pas partager les images de la scène qui ont circulé sur les réseaux sociaux, mais plutôt à les communiquer aux enquêteurs.

Les faits se sont produits à proximité de l’endroit où plus tôt dans la journée s’était tenue une manifestation du mouvement antiraciste « Black lives matter », mais les organisateurs comme la police estiment qu’il n’y a aucun lien.

Le Royaume-Uni a connu deux attaques qualifiées de terroristes ces derniers mois. 

Fin novembre, un jihadiste en liberté conditionnelle a tué deux personnes en plein coeur de Londres. L’assaillant, qui portait un gilet explosif factice, a été abattu par la police sur le pont de London Bridge. Usman Khan, 28 ans, était un ancien détenu pour des faits de terrorisme libéré à mi-peine. Il avait été condamné à 16 ans de prison pour un projet, inspiré d’Al Qaïda, de création d’un camp d’entraînement au Pakistan et d’attentat à la bombe contre la Bourse de Londres.

Le 2 février, trois personnes ont été blessées au couteau lors d’une attaque « de nature islamiste » selon la police dans une rue commerçante du sud de Londres. L’assaillant, déjà condamné pour des délits terroristes, avait été tué par la police.