L’accident du CH-148 Cyclone: une chute soudaine et vertigineuse avant de s’abîmer dans la mer

"Au nom des FAC, j'offre nos sincères sympathies a la famille, amis et camarades de bord. Que nos souvenirs nous portent réconfort et inspiration. Nous nous souviendrons." , a déclaré le général Vance, chef d'état-major-de la Défense.[Twitter/@CDS_Canada_CEMD]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’Autorité des enquêtes sur la navigabilité du ministère de la Défense nationale a publié son rapport L’enquêteur vous informe au sujet de l’accident survenu le mercredi 29 avril 2020 mettant en cause un hélicoptère CH-148 Cyclone de l’Aviation royale canadienne.

L’hélicoptère s’est écrasé dans la mer Ionienne pendant une affectation à bord du NCSM Fredericton dans le cadre de l’opération REASSURANCE. Les six personnes à bord de l’hélicoptère ont subi des blessures mortelles.

Le rapport L’enquêteur vous informe constitue un résumé succinct des circonstances et de l’information connues à ce moment. Il ne vise pas à fournir tous les détails concernant l’accident, qui fait toujours l’objet d’une enquête.

À ce jour, l’enquête a permis de déterminer que l’aéronef se dirigeait vers le NCSM Fredericton pour y atterrir après avoir accompli une mission de reconnaissance de surface ordinaire, suivie d’un entraînement supplémentaire (manœuvres au-dessus du pont d’envol) portant sur les compétences de l’équipage. L’hélicoptère avait longé le côté bâbord du navire, de la poupe à la proue, avant d’effectuer un virage à gauche pour entamer un parcours vent arrière en vue de son approche du navire. L’appareil a ensuite amorcé un dernier virage à gauche pour se préparer à l’approche. Toutefois, pendant cette dernière manœuvre de virage complexe pour s’approcher du navire, l’appareil n’a pas réagi comme l’avait prévu l’équipage. Cet événement s’est produit à basse altitude et n’a permis aucune manœuvre de reprise. L’appareil a donc amorcé une chute vertigineuse et s’est écrasé dans l’eau derrière le navire.

L’enquête se poursuit et portera sur les systèmes de l’aéronef et les facteurs humains. 

Citations

«Pendant que nous continuons à pleurer la perte de nos militaires de l’ARC et de la MRC, nous sommes de tout cœur avec les proches des membres de l’équipage de Stalker 22. Je salue tous ceux et toutes celles qui ont participé aux efforts de recherche et de récupération. Nous demeurons déterminés à soutenir les familles des disparus, ainsi que les amis et collègues militaires touchés par cet accident. En collaboration avec le Directeur – Sécurité des vols, une équipe d’experts en navigabilité travaille minutieusement à dresser un plan pour permettre à la flotte de reprendre ses opérations méthodiquement et en toute sécurité. Il s’agit d’un travail crucial et nous prendrons le temps nécessaire afin de le mener à bien.»

Le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne

«Bien que le rapport L’enquêteur vous informe permette de déterminer ce sur quoi doit porter le reste de notre enquête liée à la sécurité des vols, il reste néanmoins une quantité considérable de travail à accomplir afin de comprendre les circonstances exactes qui ont mené à l’accident. Cela dit, nous sommes reconnaissants du soutien que nous avons reçu à ce jour de la Défense nationale et du gouvernement dans leur ensemble, ainsi que de la collaboration de Sikorsky. Nous demeurons déterminés à mener une enquête rigoureuse afin de déceler toute information qui nous permettrait d’améliorer la sécurité des opérations aériennes.»

Le colonel John Alexander, directeur de la Sécurité des vols et Autorité des enquêtes sur la navigabilité du ministère de la Défense nationale

Faits en bref

·        L’examen des facteurs humains vise à étudier tous les éléments de nature humaine liés à un incident ou à un accident, notamment l’entraînement, la conception des aéronefs et la façon dont on les utilise, ainsi que l’interaction des membres de l’équipage entre eux, avec l’aéronef et les éléments extérieurs. Quant à lui, l’examen des facteurs liés aux systèmes d’aéronefs porte sur tous les aspects pertinents concernant les systèmes d’aéronefs, dont, par exemple, la mécanique, l’électronique, ainsi que les systèmes de commandes de vol et de navigation. Il n’est pas rare d’étudier à la fois les facteurs humains et les systèmes d’aéronefs ainsi que l’interaction entre eux lorsque la cause d’un événement n’apparaît pas évidente d’emblée. 

·        Immédiatement après l’accident, on a ordonné l’interruption temporaire des opérations du CH-148 Cyclone, soit une pause opérationnelle, pendant que l’Aviation royale canadienne enquête sur la cause de l’accident.

·        La pause opérationnelle se poursuit à ce jour pendant qu’une équipe d’experts en la matière suit une démarche rigoureuse d’évaluation des risques afin de permettre une reprise éventuelle des opérations aériennes de la flotte de CH-148 Cyclone.

·        Pendant l’enquête liée à la sécurité des vols, le Directeur – Sécurité des vols pourrait communiquer de l’information aux autorités de navigabilité opérationnelle et technique afin d’accroître la sécurité des opérations aériennes.

·        Les enquêtes portant sur la sécurité des vols ont lieu afin de veiller à ce que notre personnel garde confiance en notre équipement et nos procédures. L’un des objectifs du programme de sécurité des vols consiste à mener des enquêtes dans de telles situations afin de trouver rapidement des mesures efficaces qui permettront de prévenir des situations semblables à l’avenir ou de réduire le risque qu’elles surviennent de nouveau.

À lire aussi:

La première victime de l’écrasement de l’hélicoptère du NCSM Fredericton identifiée >>

CH-148 Cyclone disparu: tout l’équipage présumé décédé, les opérations de recherche se mue en mission de récupération >>

Rapatriement à la BFC Trenton des militaires disparus dans l’écrasement du Cyclone [VIDÉO] >>

Le Cyclone CH-148 et les membres disparus du NCSM Fredericton sont retrouvés >>

L’opération de récupération du Cyclone disparu en mer Ionienne est terminée >>