Le Canada perd sa bataille pour obtenir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU

CAPTURE D’ÉCRAN, UN WEB TV Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne au moment du vote à l’ONU, mercredi après-midi.. [Capture d'écran/UN Web TV]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Seconde défaite pour le Canada après celle de 2010 sous le gouvernement Harper, le Canada n’aura finalement pas réussi à décrocher le siège non permanent qu’il briguait au Conseil de sécurité des Nations unie, n’obtenant que 108 votes sur un total de 192 votes exprimés et s’inclinant ainsi face à la Norvège (130 votes) et l’Irlande (128).

Le Conseil de sécurité de l’ONU est composé de 15 membres, dont cinq permanents, les 10 autres membres étant élus par l’Assemblée générale pour un mandat de deux ans. Pour remporter un siège, un pays doit obtenir au moins les deux tiers des voix, soit 129 votes si les 193 États membres participent au vote.

Le Canada a été élu six fois au Conseil où son dernier mandat remonte à 1999-2000. En 2010, le Canada s’était incliné devant le Portugal. Cette année, cinq sièges étaient en jeu pour lesquels il y avait un total de sept pays en lice: Djibouti, le Kenya, le Canada, la Norvège, l’Irlande, l’Inde et le Mexique.

Deux sièges étaient en jeu dans la division régionale à laquelle appartient le Canada, le «Groupe des États d’Europe occidentale et autres États».

Le Canada avait commencé sa campagne en vue de l’obtention d’un siège sur le tard alors que ses deux rivaux européens faisaient campagne depuis environ une décennie, contre environ cinq ans seulement pour le Canada.

Le premier ministre Justin Trudeau avait toutefois investi beaucoup de capital politique et d’argent pour gagner ce siège dont la conquête s’inscrit dans le fameux slogan « le Canada est de retour » qu’il a scandé dès le lendemain de son élection, en octobre 2015.

En conférence de presse, mercredi matin, il n’a pas voulu se prononcer sur ce qu’un échec pourrait vouloir dire pour lui, personnellement. Il s’est contenté de réaffirmer que selon lui, le Canada avait beaucoup à apporter sur la scène internationale.

«Certainement et la Norvège et l’Irlande c’est des pays alliés, amis qui ont un bon impact dans le monde, mais le Canada amène des forces particulières et encore plus grandes que ces deux pays-là par notre membership dans le G7, dans le G20, la Francophonie, au Commonwealth, dans les États de l’Amérique, dans l’APEC », avait fait valoir le premier ministre canadien en conférence de presse ce matin avant le vote.

«On est présents à tellement de différents niveaux et de tables qu’on peut rassembler les pays pour faire entendre des voix qui sont malheureusement pas toujours entendus quand les grandes puissances se préoccupent de leur sort et pas du sort de la planète », avait ajouté le premier Trudeau.

En février dernier, le premier ministre canadien, qui comptait sur l’appui des pays africains (on compte 54 pays africains à l’ONU)  à défaut de pouvoir obtenir l’appui des Européens, avait assisté au sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, où il a eu plusieurs rencontres bilatérales avec des dirigeants africains. Il s’était également rendu au Sénégal pour y rencontrer le président Macky Sall.

Le Canada comptait aussi sur son travail son travail l’échelle internationale dans la lutte à la pandémie pour remporte ce siège.

«Un siège au Conseil de sécurité de l’ONU n’est pas un but en soi, c’est un moyen pour le Canada de continuer d’avoir un impact positif dans le monde» : avait déclaré le premier ministre Justin Trudeau pour expliquer l’objectif du Canada d’obtenir un siège au Conseil de sécurité, la veille du vote qui avait lieu aujourd’huiau siège de l’ONU à New York.

«Le Canada est très engagé sur la scène internationale et ça va continuer. On espère pouvoir remporter le siège, mais, quels que soient les résultats, le Canada va continuer d’utiliser tous ses moyens, d’être impliqué et d’avoir un impact positif dans le monde.», avait toutefois nuancé ce matin le premier ministre canadien lors de sa conférence de presse quotidienne depuis Rideau Cottage.

Cet après-midi après le vote, le premier ministre Trudeau a félicité la Norvège, l’Irlande, l’Inde et le Mexique pour leur élection au Conseil de sécurité des Nations Unies et remercié également tous les pays pour leur collaboration tout au long de la campagne.

«Le Canada souhaitait se faire élire au Conseil de sécurité des Nations Unies afin de travailler avec le monde entier pour bâtir un avenir meilleur qui profiterait à tous. Un monde qui favorise une paix durable, lutte contre les effets des changements climatiques, renforce le multilatéralisme et fait la promotion de la sécurité économique et de l’avancement de l’égalité des sexes.», a-t-il rappelé dans le communiqué publié à l’issue du vote.

«Le Canada», a-t-il assuré, continuera «de jouer un rôle de premier plan dans la promotion de la coopération mondiale ainsi que pour bâtir un monde plus pacifique, inclusif et durable.»