COVID-19: un CC-150 Polaris en direction de la Lettonie doit faire demi-tour

L'avion ravitailleur CC-150 Polaris (Forces.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Un avion de transport CC-150 Polaris des Forces armées canadiennes transportant des troupes en Lettonie a été contraint de faire demi-tour en raison de craintes que des personnes à bord aient pu être exposées à la COVID-19, rapporte aujourd’hui La Presse Canadienne.


Mise à jour 10/07/2020, 22h00

Les militaires canadiens ont été contraints de demander l’aide de l’armée britannique pour le transport de troupes en direction de la Lettonie en raison d’un manque d’avions Polaris CC-150.

L’avion a éprouvé des ennuis de train d’atterrissage. Puisque l’autre Polaris apte à voler n’était pas disponible (le troisième Polaris, qui sert habituellement à transporter le premier ministre du Canada, ne sera pas disponible avant janvier prochain ; il a été impliqué dans un incident dans un hangar, en octobre dernier), le Canada a dû faire appel à la Grande-Bretagne, qui a mis en service l’un de ses avions Voyager A330 qui a quitté Trenton jeudi.


Une porte-parole de la Défense nationale, Jessica Lamirande, citée par La Presse Canadienne, a indiqué que l’appareil, qui transportait environ 70 militaires et membres d’équipage avait décollé le 2 juillet de la base des Forces canadiennes de Trenton, en Ontario.

Tous les occupants avaient préalablement été placés deux semaines en quarantaine, le personnel militaire déployé dans des missions à l’étranger devant se soumettre à une telle mesure pour s’assurer qu’il ne propagera pas la COVID-19 dans un autre pays ou ne contamine pas son unité.

Mais, malgré ces précautions, l’avion a été contraint de faire demi-tour en cours de vol après que les militaires eurent appris qu’une personne de la base de Trenton qui était entrée en contact avec l’avion et des passagers avait été déclarée positive pour la maladie.

Les personnes à bord devront maintenant subir encore un autre 14 jours d’isolement avant de reprendre leur mission

La porte-parole de la Défense nationale a assuré que le retard n’aurait pas d’effets majeurs sur la mission du Canada en Lettonie.

Le Canada fournit actuellement environ 540 soldats à un groupement tactique avancé de l’OTAN en Lettonie dont la mission principale est de décourager l’activité militaire russe en Europe de l’Est.