Les Forces armées canadiennes ont publié leur politique sur la conduite haineuse

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Les Forces armées canadiennes(FAC) ont publié un nouveau cadre politique sous la forme d’une Directive et ordonnance administratives de la défense (DOAD) qui traite du harcèlement, de la violence et de la discrimination, y compris la conduite haineuse, au sein de l’institution.

Le racisme et la discrimination existent et continuent à se manifester de manière violente et très tragique, comme nous l’avons récemment vu aux nouvelles avec la violence dont ont été victimes les Noirs et les Autochtones. Ces événements ont donné lieu à un débat sur la situation actuelle de notre société en termes de respect de la dignité de chaque personne, sans préjugés fondés sur la race, la couleur, l’origine nationale ou ethnique ou autres motifs de distinction illicite.

L’égalité est un droit de la personne; le respect et la dignité pour tous font partie des valeurs fondamentales du Canada. Nous devons favoriser un milieu de travail sain et sécuritaire pour tous les membres de l’Équipe de la Défense, ce qui signifie qu’il faut faire respecter la Loi canadienne sur les droits de la personne. Il est tout à fait inadmissible qu’un membre des FAC participe à une activité ou soit membre d’une organisation ou d’un groupe liés à des activités criminelles ou incitant à la haine, à la violence, à la discrimination ou au harcèlement, sur la base des motifs de distinction illicite énoncés dans la Loi canadienne sur les droits de la personne.

Même si, selon un rapport de la police militaire pour 2013-2018, peu de membres des FAC ont été impliqués dans des incidents liés à la haine ou au racisme au cours de cette période, la discrimination, y compris le racisme systémique, continue d’exister au sein de l’organisation, et c’est totalement inacceptable. Nous savons aussi, selon des études de Statistique Canada, que les incidents liés à la haine et au racisme ne sont pas tous déclarés par les victimes par crainte de représailles ou parce qu’elles ont l’impression qu’aucune mesure n’est prise pour que les agresseurs répondent de leurs actes.

Le racisme, la discrimination, l’intimidation et la microagression, sous toute forme, nuisent à la dignité d’une personne, tout en nuisant à l’efficacité opérationnelle de l’organisation. La nouvelle DOAD traite de ces comportements et définit également ce qui constitue une conduite haineuse. Le nouveau cadre stratégique offre un chemin vers l’avant pour aborder les comportements inacceptables, dans le but de les éliminer de l’intérieur de l’organisation.

Le chef d’état-major de la défense (CEMD), le général Jonathan Vance, a clairement fait savoir qu’une conduite haineuse ne sera pas tolérée au sein des FAC. Le vice‑amiral Haydn Edmundson, commandant du Commandement du personnel militaire, affirme que la conduite haineuse, que ce soit par des paroles ou des actions, est complètement incompatible avec l’éthique et les valeurs des FAC.

« Les femmes et les hommes qui servent dans les Forces armées canadiennes (FAC) sont tenus de respecter les normes les plus élevées pour leur conduite professionnelle et personnelle, et on s’attend à ce qu’ils illustrent les valeurs canadiennes, y compris le respect de la diversité, qu’ils soient ici au pays ou à l’étranger », a-t-il dit. « Tout cas d’inconduite de la part d’un militaire diminue notre autorité en tant que force du bien dans la société canadienne et dans le monde entier. Chaque employé de l’équipe du ministère de la Défense nationale (MDN) et des FAC a un rôle à jouer dans le cadre de nos efforts visant à éliminer le racisme et les préjugés sous toutes leurs formes, qu’ils soient conscients ou non. Nous écouterons, nous apprendrons et nous agirons; nous nous attendons à des progrès mesurables au fur et à mesure que nous cherchons à changer les choses. »

Les dirigeants militaires et civils de l’Équipe de la Défense font des efforts coordonnés conjointement pour qu’il y ait une compréhension partagée du nouveau cadre stratégique pour tous les membres de la Défense nationale. La Défense nationale demeure déterminée à accroître la présence des minorités visibles, des Autochtones, des femmes et des personnes atteintes d’un handicap, à la fois en nombre et dans les postes de haute direction. Les dirigeants sont engagés et prennent part à des discussions avec des représentants de nos Groupes consultatifs de la Défense (GCD) en matière d’équité en matière d’emploi, qui comprennent le Groupe consultatif des minorités visibles de la Défense, le Groupe consultatif des peuples autochtones de la Défense, l’Organisation consultative des femmes de la Défense, le groupe pour les personnes handicapées, et le Réseau de la fierté de l’Équipe de la Défense.

En plus des importantes campagnes d’instruction et de sensibilisation, le Programme de gestion intégrée des conflits et des plaintes (GICP) aide les membres des FAC et le personnel civil à identifier, à traduire et à communiquer les effets néfastes de ces comportements entre les personnes et les milieux de travail du MDN.

Les FAC mettent également en œuvre un nouveau système qui permettra de suivre et de surveiller systématiquement tout incident présumé de conduite haineuse au sein de l’organisation. Elles auront également accès à l’expertise en la matière par l’intermédiaire d’un réseau de chercheurs qui se spécialisent dans le radicalisme et l’extrême droite au Canada et à l’échelle internationale (page Web MINDS).

Chaque employé de l’équipe du MDN et des FAC a un rôle à jouer dans le cadre de nos efforts visant à éliminer le racisme et les préjugés sous toutes leurs formes, qu’ils soient conscients ou non. Nous écouterons, nous apprendrons et nous agirons; nous nous attendons à des progrès mesurables au fur et à mesure que nous cherchons à changer les choses.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la politique des FAC sur la conduite haineuse, veuillez consulter notre page intranet sur la conduite haineuse.