Beyrouth: contrairement à Trump, le chef du Pentagone évoque un accident

Le ministre américain de la Défense Mark Esper lors d'un briefing à la Maison Blanche à Washington, le 1er avril 2020. (Archives/AFP)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Le chef du Pentagone Mark Esper a évoqué mercredi la thèse d’un accident à propos des explosions ayant ravagé Beyrouth, contrairement à ce qu’affirmait la veille Donald Trump en assurant que des experts militaires lui avaient parlé d’une «bombe».

«Je m’informe sur ce qui s’est passé», a indiqué le ministre américain de la Défense lors d’un forum en ligne. «La plupart des gens pensent que c’est un accident, comme cela a été rapporté», a-t-il ajouté, questionné au sujet de la catastrophe de Beyrouth lors du Aspen SEecurity Forum.

Mardi soir, lors de sa conférence de presse quotidienne sur le nouveau coronavirus, M. Trump avait estimé que les explosions meurtrières à Beyrouth «ressemblaient à un terrible attentat».

«J’ai rencontré nos généraux et il semble que ce n’était pas un accident industriel. Il semble, selon eux, que c’était un attentat, c’était une bombe», avait-il ajouté.

Questionné par l’AFP, un porte-parole du Pentagone avait toutefois déclaré ne «rien avoir» à ajouter, conseillant de «contacter la Maison-Blanche pour des clarifications».

M. Esper a précisé que Washington se «positionnait» pour accorder une aide humanitaire au Liban.

Le chef de la diplomatie Mike Pompeo a d’ailleurs fait savoir qu’il avait offert l’aide des États-Unis lors d’un entretien téléphonique mercredi avec le premier ministre libanais Hassan Diab.

M. Pompeo a exprimé l’«engagement résolu» de Washington «à aider le peuple libanais qui est confronté aux suites de cet événement terrifiant», a indiqué le département d’État dans un communiqué.

Le communiqué de la diplomatie américaine ne mentionne pas les causes de la catastrophe, ne mentionnant qu’une «terrible explosion».

Les autorités libanaises ont déclaré que les déflagrations, qui ont fait plus de 100 morts et 4000 blessés, étaient dues à l’explosion de 2750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port. L’ammonium entre dans la composition de certains engrais mais aussi d’explosifs.