Journée nationale des Gardiens de la paix

Des casques bleus et des uniformes de l’ONU. (Marco Dormino/ONU)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale, Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères, et Bill Blair, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, ont publié la déclaration suivante à l’occasion de la Journée nationale des Gardiens de la paix (Casques bleus) :

« Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée nationale des Gardiens de la paix, nous nous joignons aux Canadiens et aux Canadiennes pour rendre hommage aux gardiens de la paix (Casques bleus) de notre pays, d’hier et d’aujourd’hui, pour leur service et leur engagement à bâtir un monde plus sûr. Nous reconnaissons ceux et celles qui ont soutenu la fière histoire de notre pays au fil des années en apportant paix et sécurité aux populations vulnérables dans certaines des régions les plus instables du monde.

« Nos gardiens de la paix représentent le Canada avec professionnalisme, compassion et excellence opérationnelle. Nous sommes fiers que plus de 125 000 membres des Forces armées canadiennes, plus de 4 000 membres de la Gendarmerie royale du Canada, des policiers provinciaux et municipaux, ainsi que des milliers de diplomates et civils canadiens aient participé à des opérations axées sur la paix et la sécurité dans le monde entier. Leurs contributions significatives ont eu une incidence directe et positive sur la vie des personnes touchées par les conflits, et nous leur devons, à eux et à leurs familles, notre soutien indéfectible.

« Aujourd’hui, nous prenons également le temps d’honorer la mémoire des quelque 130 gardiens de la paix canadiens qui ont consenti l’ultime sacrifice dans la poursuite de la paix. Leur bravoure continuera d’être représentée dans le travail altruiste des gardiens de la paix à l’échelle mondiale.

« De plus, nous demeurons inébranlables dans notre promesse visant à faire progresser et à appuyer la paix et la sécurité mondiales face à des défis changeants. Pour cette raison, le gouvernement du Canada continue à déployer des efforts réels et tangibles afin de réformer et de moderniser les opérations de paix.

« Il y a vingt ans depuis que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1325 sur les femmes, la paix et la sécurité, reconnaissant ainsi que l’intégration des perspectives relatives à l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes sont des éléments clés de la création d’une paix durable. En outre, la résolution prévoit l’augmentation du nombre de femmes participant aux opérations de paix afin de faire en sorte que les missions reflètent davantage les populations qu’elles servent et que l’efficacité de ces missions soit améliorée. C’est pourquoi, en collaboration avec nos partenaires de l’ONU, nous cherchons à accroître la participation significative des femmes aux activités de maintien de la paix de l’ONU par l’entremise de l’Initiative Elsie pour la participation des femmes aux opérations de paix.

« Grâce aux Principes de Vancouver sur le maintien de la paix et la prévention du recrutement et de l’utilisation d’enfants soldats, lesquels sont désormais adoptés par 96 pays, nous nous efforçons de protéger les enfants touchés par des conflits aux quatre coins de la planète. Le Canada a mené l’élaboration des Lignes directrices de mise en œuvre des Principes de Vancouver. Celles-ci proposent des conseils pratiques en vue de prévenir le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats.

Pour conclure, nous souhaitons souligner le travail qu’accomplissent les militaires, les policiers et les civils qui, à l’heure actuelle, prennent part et contribuent à des missions de maintien de la paix dans le monde entier, entre autres, au Soudan du Sud, en Uganda, en République démocratique du Congo, à Chypres, au Moyen‑Orient et au Mali. Nous leur disons merci. Merci pour tout ce que vous faites afin d’apporter la paix dans des pays où les civils souffrent en raison de conflits.