Les armes nucléaires américaines «menacent» le Moyen-Orient, accuse l’Iran

Mohammad Javad Zarif à Kuala Lumpur le 29 août 2019. [Archives/AFP]
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Les armes nucléaires des États-Unis constituent une menace pour le Moyen-Orient, a dénoncé jeudi le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, à l’occasion de la commémoration du bombardement atomique américain de Hiroshima, au Japon, il y a 75 ans.

«Aujourd’hui, les armes nucléaires américaines et israéliennes menacent notre région», a écrit M. Zarif sur son compte Twitter.

«Il y a 75 ans aujourd’hui, les États-Unis ont accepté l’infamie de devenir le premier et le SEUL utilisateur d’armes nucléaires. Et contre des innocents», a-t-il ajouté.

Le Japon commémore jeudi la première attaque nucléaire de l’Histoire, survenue le 6 août 1945 à Hiroshima où la bombe Little Boy a fait environ 140 000 morts vers la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La déclaration de M. Zarif survient également dans un contexte de tensions entre l’Iran et les États-Unis, pays ennemis, qui n’ont cessé de croître depuis le retrait unilatéral en 2018 de l’administration Trump de l’accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines.

«Il est grand temps de mettre fin au cauchemar nucléaire et à la doctrine de la « Destruction mutuelle assurée »», héritée de la Guerre froide, a affirmé M. Zarif.

Les États-Unis et Israël accusent la République islamique de chercher à se doter de l’arme atomique dans le cadre de son programme nucléaire, ce que l’Iran a toujours nié. Téhéran et Washington n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980.

Israël est considéré comme la seule puissance militaire du Proche-Orient à détenir l’arme nucléaire, mais ne l’a jamais confirmé.