Bagdad mécontent de la menace «dangereuse» de retrait américain

Le ministre des Affaires étrangères, M. Fouad Hussein a reçu l'ambassadeur américain en Irak le lundi 28/9/2020, et les deux parties ont eu des discussions axées sur des questions liées à la sécurité et à la situation politique, et sur les relations irako-américaines à la lumière des circonstances que traverse le pays. (Ministère des Affaires etrangèeres de la République d'Irak)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

Bagdad n’est «pas content» que Washington menace de fermer son ambassade et de retirer ses soldats et diplomates du pays, car un tel retrait serait «dangereux», a déclaré mercredi le ministre irakien des Affaires étrangères, Fouad Hussein.

Alors que les médias rapportaient qu’excédé par les attaques à la roquette quasi-quotidiennes contre son ambassade, Washington aurait menacé Bagdad de quitter l’Irak, quitte à accéder à la demande de ses pires ennemis, les pro-Iran, et à faire exploser en vol son meilleur allié, le gouvernement Kazimi, «Un retrait américain pourrait mener à plus de retraits» d’autres pays, également engagés dans la lutte contre le groupe État islamique (EI), ce qui serait «dangereux, car l’EI menace l’Irak, mais également toute la région», a déclré le chef de la diplomatie irakienne.

«Nous espérons que les États-Unis reviendront sur leur décision» qui est pour l’instant «préliminaire », a encore dit lele ministre irakien des Affaires étrangères.

«Certains à Washington évoquent Benghazi, mais c’est une analyse erronée, tout comme cette décision est une erreur», a-t-il ajouté, en référence à la mort de quatre Américains, dont l’ambassadeur, dans une attaque contre la représentation américaine à Benghazi, en Libye, en 2012.

D’octobre 2019 à juillet 2020, une quarantaine d’attaques à la roquette ont visé l’ambassade américaine et des bases irakiennes abritant des soldats américains.

*Avec AFP