Déclaration du premier ministre Trudeau concernant le décès de l’émir du Koweït

L’émir du Koweït, cheikh Sabah al-Ahmad al-Sabah, est mort mardi 29 septembre à 91 ans. (Twitter)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd’hui ine déclaration concernant le décès de Son Altesse le cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, émir du Koweït, qui a été enterré mercredi dans son pays au lendemain de son décès aux États-Unis à l’âge de 91 ans.

« J’ai été profondément attristé d’apprendre le décès de Son Altesse le cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, émir du Koweït. Au nom du gouvernement du Canada, j’offre mes plus sincères condoléances à la famille régnante, au gouvernement de l’État du Koweït et aux Koweïtiens.

« Son Altesse le cheikh Sabah a consacré sa vie au service de son pays. Il était reconnu dans le monde entier comme un grand leader humanitaire. Sous sa direction, le Koweït a dirigé des efforts d’aide humanitaire et de développement international dans des pays du monde entier afin d’apporter un soutien aux victimes de conflits et aux gens dans le besoin. Nous nous souviendrons de l’engagement de Son Altesse pour le dialogue et le règlement pacifique des différends ainsi que pour la promotion de la collaboration entre les pays pour relever les défis mondiaux.

« Le Canada et le Koweït entretiennent une amitié de longue date, qui s’est poursuivie sous la direction de Son Altesse, comme en témoignent notre coopération en matière de sécurité régionale et le renforcement de nos liens économiques. Nous n’oublierons pas non plus la générosité de Son Altesse envers les membres des Forces armées canadiennes qui sont stationnées au Koweït.

« Aujourd’hui, le Canada se joint aux Koweïtiens pour rendre hommage à leur dirigeant et à l’héritage important qu’il nous a laissé. »

Sa dépouille est arrivée dans l’après-midi à bord d’un Airbus A340 à l’aéroport de Koweït, où l’attendaient le nouvel émir et d’autres responsables. Tous portaient un masque sanitaire pour se protéger du nouveau coronavirus.

Il a été enterré dans le cimetière Sulaibikhat, dans la capitale, lors d’une cérémonie très simple. Selon le palais royal, les funérailles ont été limitées aux proches de l’émir, une mesure visiblement destinée à éviter de grandes foules en pleine pandémie.  

Son demi-frère cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah lui a succédé, prenant les rênes de ce riche pays pétrolier du Golfe.

Des analystes ne s’attendent pas à des changements politiques majeurs pendant le règne du nouvel émir, alors que le Golfe a été marqué à la mi-septembre par la conclusion d’un accord de normalisation entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, tous deux membres avec le Koweït du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

La normalisation reste très impopulaire au sein de la société koweïtienne, qui soutient largement le consensus arabe qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien la condition à toute normalisation avec Israël.

*Avec AFP