Ingérence électorale: Poutine propose «d’échanger des garanties de non-intervention dans les affaires internes de l’autre»

Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine. [AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Dans une déclaration publiée sur le site du Kremlin, le président russe, qui avait toujours nié toute ingérence russe dans le processus électoral américain, propose aujourd’hui aux États-Unis «d’échanger des garanties mutuelles de non ingérence, y compris dans les processus électoraux», de s’entendre sur un «ensemble de mesures pratiques» et de travailler à un pacte mondial contre les agressions usant des «technologies de l’information et de la communication».

«L’un des défis stratégiques majeurs d’aujourd’hui est le risque d’une confrontation à grande échelle dans le domaine du numérique. Une responsabilité particulière pour sa prévention incombe aux acteurs clés dans le domaine de la sécurité internationale de l’information (SII). À cet égard, nous aimerions à nouveau nous adresser aux États-Unis en leur suggérant de convenir d’un programme complet de mesures pratiques pour redémarrer nos relations dans le domaine de la sécurité dans l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC).», écrit le président russe dans une déclaration sur un programme de mesures pour restaurer la coopération russo-américaine dans le domaine de la sécurité internationale de l’information.

Le maître du Kremlin y propose d’établir un dialogue bilatéral régulier de haut niveau interinstitutions à grande échelle sur les questions clés de la garantie du SII.

Il propose également de maintenir un fonctionnement continu et efficace des canaux de communication entre les agences compétentes de nos États à travers les centres de réduction des risques nucléaires, les équipes de préparation aux urgences informatiques et les hauts fonctionnaires chargés des questions relatives aux SII au sein des organes impliqués dans la garantie de la sécurité nationale, y compris d’information.

Et, finalement, il propose d’élaborer et conclure conjointement un accord intergouvernemental bilatéral sur la prévention des incidents dans l’espace de l’information, à l’instar de l’Accord soviéto-américain sur la prévention des incidents en haute mer et au-dessus, en vigueur depuis le 25 mai 1972 et d’échanger des garanties de non-intervention dans les affaires internes de l’autre, y compris dans les processus électoraux, entre autres, au moyen des TIC et des méthodes de haute technologie.