La Chine promet «une réponse» aux restrictions visant ses diplomates

Parmi les sources des menaces, le renseignement américain a cité les adversaires traditionnels des Etats-Unis, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran, mais aussi les groupes terroristes et d'autres acteurs non-étatiques. (AFP)
Temps de lecture estimé : < 1 minute

La Chine a promis jeudi « une réponse appropriée et nécessaire » aux nouvelles restrictions visant ses diplomates en poste aux États-Unis, dans un contexte de fortes tensions entre les deux puissances.

Washington, qui dénonce régulièrement des entraves en Chine pour ses diplomates, a imposé mercredi au corps diplomatique chinois de nouvelles contraintes au nom de la « réciprocité ».

Les diplomates de Pékin devront désormais demander une autorisation officielle pour se rendre dans des universités ou pour rencontrer des élus locaux aux États-Unis.

Invitée à réagir jeudi, une porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying, a fustigé devant la presse « une grave violation du droit international et des normes fondamentales des relations internationales ».

La Chine « donnera une réponse appropriée et nécessaire en fonction de l’évolution de la situation », a assuré Mme Hua sans plus de précisions.

Le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a précisé que « les évènements culturels réunissant plus de 50 personnes » organisés par les missions diplomatiques chinoises en dehors de leurs bâtiments officiels devront aussi recevoir un feu vert des autorités américaines.

Cette décision intervient sur fond de détérioration notoire des relations entre la Chine et les États-Unis, rivaux dans les sphères économique et technologique et opposés sur une multitude de sujets (Hong Kong, droits de l’Homme, crise du coronavirus notamment).

Cette confrontation entre les deux premières puissances mondiales a pris fin juillet des allures de nouvelle Guerre froide avec la fermeture forcée à Houston du consulat de Chine sur fond d’accusations d’espionnage.

La Chine avait riposté en ordonnant à quelques jours d’intervalle au consulat des États-Unis de Chengdu (sud-ouest) de fermer à son tour.