Le NYT a pu interviewer l’ancien patron d’Hôtel Rwanda Paul Rusesabagina arrêté à Kigali

L’ancien patron d’Hôtel Rwanda, Paul Rusesabagina, arrêté à Kigali. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Paul Rusesabagina, dont l’histoire pendant le génocide des Tutsis en 1994 a inspiré le film Hôtel Rwanda et qui a été arrêté fin août à Kigali,  pensait se rendre au Burundi pour participer à des offices religieux, a-t-il déclaré dans une interview au New York Times.

« Je suis arrivé ici – c’est une surprise », a-t-il déclaré « avec un petit sourire » au journal américain, qui a publié vendredi une longue enquête.  

La police rwandaise avait annoncé fin août, à la surprise générale, l’arrestation dans des circonstances troubles de M. Rusesabagina, en exil aux États-Unis et en Belgique depuis 1996 et qui, selon sa famille, ne serait jamais retourné de lui-même au Rwanda.  

L’interview a eu lieu cette semaine au commissariat central de Kigali, où M. Rusesabagina – vêtu « d’un blazer repassé, d’une chemise blanche et de mocassins lustrés » – est détenu dans une « cellule spartiate », raconte le journal américain.

« En réalité, je ne venais pas ici », a-t-il déclaré au journal, qui note son attitude « calme ».  

M. Rusesabagina est arrivé le 26 août à Dubaï, en provenance des États-Unis. Il y a passé six heures avant d’embarquer à bord d’un jet privé qu’il pensait être à destination de Bujumbura, la capitale burundaise, poursuit le NYT.  

« L’avion était opéré par GainJet, une compagnie de vols nolisés basée en Grèce et fréquemment utilisée par M. Kagame. Il s’est posé juste avant l’aube le 28 août à Kigali, où Rusesabagina a été rapidement arrêté » retrace le journal.  

M. Rusesabaginal affirme qu’il était invité au Burundi par un pasteur, Constantin Niyomwungeri, pour s’exprimer dans ses églises.

« Le pasteur n’a pas pu être joint. Les officiels rwandais disent que le vrai but de M. Rusesabagina était d’aller se coordonner avec des groupes armés basés au Burundi et au Congo », poursuit le NYT.  

En 2018, Paul Rusesabagina a fondé le Mouvement rwandais pour le changement démocratique (MRCD), soupçonné d’avoir un bras armé, le Front de libération nationale (FLN), un groupe considéré comme terroriste par Kigali.

À plusieurs reprises, M. Rusesabagina a publiquement exprimé son soutien au FLN, mais son éventuelle implication dans le mouvement rebelle, qui a déjà mené plusieurs attaques armées sur le sol rwandais, demeure floue.

Lundi, Paul Rusesabagina a été inculpé pour terrorisme, meurtre et financement de rébellion par un tribunal de Kigali.  

«Hôtel Rwanda» décrit comment M. Rusesabagina, un Hutu marié à une Tutsie, a sauvé en 1994 plus de 1200 personnes abritées dans l’hôtel des Mille Collines à Kigali, dont il était le directeur, en usant de son influence auprès des miliciens hutus.

Après le génocide, il est progressivement devenu critique envers le pouvoir du président Paul Kagame, l’accusant d’autoritarisme et d’alimenter un sentiment anti-hutu.  

Hotel Rwanda (Cut The Tall Trees/First Scenes Of Genocide)

*Avec AFP et NYT