L’armée américaine envoie des M2A2 Bradley dans le Nord-Est syrien pour y renforcer son déploiement

Des soldats et aviateurs de l'armée américaine déchargent des véhicules de combat Bradley d'un avion C-17 près du nord-est de la Syrie le 18 septembre 2020. (US Army)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Après plusieurs incidents ayant opposé les forces américaines à l’armée russe dans le Nord-Est syrien où les États-Unis maintiennent désormais une présence limitée, l’armée américaine a annoncé renforcer son déploiement militaire dans le Nord-Est syrien, notamment par l’envoi de véhicules de combat M2A2 Bradley, aéroportés depuis la base aérienne Ali Al Salem au Kuwait.

Donald Trump, qui a tenté début 2019 de rappeler l’ensemble des troupes américaines en Syrie avant d’accepter d’y laisser quelques centaines de soldats pour garder les puits de pétrole, avait retiré les Bradley de cette zone en octobre dernier.

Environ 500 soldats américains servent aujourd’hui dans des bases austères dans une région du nord-est du pays pour aider les forces démocratiques syriennes à combattre Daech. Plusieurs incidents ont opposé récemment les militaires américains aux forces russes désormais déployées le long de la frontière turque, conformément à un accord avec Ankara. Fin août, sept soldats américains avaient été blessés au cours d’une collision avec un véhicule russe. L’incident a été assez sérieux qu’il a été suivi d’un appel entre le général Mark Milley, le chef d’état-major de la Défense américain, et son homologue russe, le général Valery Gerasimov.

L’envoi des Bradleys devrait maintenant être signal clair envoyé à la Russie pour qu’elle respecte les processus de déconfliction dans la région et pour que la Russie et d’autres acteurs dans cette région s’abstiennent d’actes non professionnels et dangereux.

Hier, « Le Commandement central (CENTCOM) a dirigé un certain nombre d’actions dans le nord-est de la Syrie pour aider à assurer la sûreté et la sécurité des forces de la coalition», a déclaré le Capitaine de la US Navy Bill Urban, porte-parole du Commandement central américain.

«Les États-Unis ont déployé l’opration radar Sentinel, augmenté la fréquence des patrouilles de chasseurs américains sur les forces américaines et déployé des véhicules de combat Bradley pour renforcer les forces américaines dans la zone de sécurité de l’est de la Syrie (ESSA). Ces actions sont une démonstration claire de la détermination des États-Unis à défendre les forces de la coalition dans l’ESSA et à s’assurer qu’elles sont en mesure de poursuivre leur mission de vaincre DAECH sans interférence

L’Operation Inherent Resolve, l’opération militaire américaine menée dans le cadre de la coalition internationale, repositionne donc des éléments dans le nord-est de la Syrie pour assurer la protection de nos forces et la poursuite de la mission, explique le porte-parole du CENTCOM, précisant que le e ministère de la Défense américain a déjà déployé des Bradleys dans le nord-est de la Syrie conformément à ces objectifs et faisant observer «que les États-Unis ne cherchent à entrer en conflit avec aucune autre nation en Syrie, mais défendront les forces de la coalition si nécessaire.»

Le véhicule de combat Bradley est un véhicule de combat d’infanterie d’origine produits par BAE Systems Land and Armaments, anciennement United Defense. La mission du Bradley sur le champ de bataille est de transporter l’infanterie, de fournir un soutien d’artillerie aux troupes et de détruire les chars et les véhicules de combat blindés ennemis. L’équipage du M2 est formé de trois personnes: un commandant, un canonnier, et un conducteur. Il peut transporter en plus 6 soldats entièrement équipés.

Ici, la mission du Bradley sera d’assurer la protection de la force pour la Coalition antidjihadiste et ses partenaires dans le Nord-Est syrien.

Les forces mécanisées ainsi déployées dans le Nord-Est syrien appartiennent à la 2e Brigade Combat Team, 1st Armored Division, déployée au Koweït depuis Fort Bliss, au Texas.

Fin août, un véhicule russe a donné un coup de côté à un MRAP ( Mine Resistant Ambush Protected) américain lors d’une violente confrontation au cœur de la zone de déconfliction de l’est de la Syrie, où les troupes russes ne devraient pas opérer. (Source: Military Times)