Plus de 1600 vétérans embauchés dans la fonction publique grâce à Loi sur l’embauche des anciens combattants

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Du 1er juillet 2015 au 31 mars 2019, 1 667 nominations ont été effectuées dans la fonction publique fédérale par l’intermédiaire des 3 dispositions de la Loi sur l’embauche des anciens combattants (priorité, préférence et mobilité), selon un récent selon un nouveau rapport des ministères des Anciens Combattants et de la Défense nationale.

799 nominations ont été effectuées grâce à la disposition relative à la priorité. De ce nombre, 437 anciens combattants ont bénéficié de leurs droits de priorité légale et réglementaire pour obtenir un emploi dans la fonction publique fédérale. 359 anciens combattants ont été nommés grâce à la disposition relative à la préférence. 509 membres et anciens combattants des Forces armées canadiennes ont été embauchés grâce à la disposition relative à la mobilité.

Les cinq ministères en tête de liste de l’embauche

Ministère de la Défense nationale (fonctionnaires)60%
Pêches et Océans Canada5%
Emploi et Développement social Canada4%
Services publics et Approvisionnement Canada4%
Anciens Combattants Canada3%
Source: Résumé de l’évaluation conjointe de la mise à œuvre de la Loi sur l’embauche des anciens combattants

Toujours selon le rapport, les initiatives à l’échelle de la fonction publique fédérale réalisées à l’appui de la mise en œuvre de la Loi sur l’embauche des anciens combattants sont donc pertinentes et contribuent aux priorités du gouvernement, mais faut en faire plus pour sensibiliser l’ensemble de la fonction publique fédérale aux dispositions de la Loi et à la valeur qu’apportent les anciens combattants au milieu de travail. Une approche coordonnée est nécessaire, dit le rapport, pour tirer pleinement parti des avantages de la Loi qui indique que cela suppose la création d’une structure pour gérer la mise en œuvre de la Loi et pour définir le soutien apporté aux intervenants.

Les anciens combattants et les membres admissibles des Forces armées canadiennes rencontrent des obstacles lorsqu’ils cherchent un emploi dans la fonction publique, tels qu’une compréhension et une connaissance déficiente des dispositions de la Loi sur l’embauche des anciens combattants; du soutien offert; des occasions d’emploi dans la fonction publique fédérale; de la façon dont leur expertise et leurs compétences militaires correspondent aux classifications professionnelles de la fonction publique fédérale.

C’est ainsi que, toujours selon le rapport, même si les initiatives à l’échelle de la fonction publique fédérale réalisées à l’appui de la mise en œuvre de la Loi sur l’embauche des anciens combattants sont pertinentes et contribuent aux priorités du gouvernement, il faut en faire plus pour sensibiliser l’ensemble de la fonction publique fédérale aux dispositions de la Loi et à la valeur qu’apportent les anciens combattants au milieu de travail.

Le rapport fait donc quatre recommandations: mettre au point une approche intégrée pour faciliter la compréhension et la mise en œuvre des dispositions de la Loi sur l’embauche des anciens combattants dans l’ensemble de la fonction publique fédérale; élaborer une stratégie intégrée de sensibilisation et de communication afin de fournir aux anciens combattants, aux membres des FAC et aux employés responsables des services de première ligne à Anciens combattants Canada et dans les Forces armées canadiennes des renseignements opportuns et appropriés sur les dispositions de la Loi sur l’embauche des anciens combattants; travailler ensemble pour mieux faire connaître les dispositions de la Loi sur l’embauche des anciens combattants aux gestionnaires d’embauche et aux conseillers en ressources humaines de la fonction publique; et collaborer pour étudier comment les compétences et l’expérience militaires pourraient être reconnues par la fonction publique fédérale afin de favoriser de meilleurs résultats en matière d’embauche.

Libéré volontairement des Forces armées canadiennes en 2014 avec le rang de major, Dave Blackburn, devenu depuis professeur agrégé à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) où le champ de la santé mentale et les Forces armées canadiennes figure dans ses domaines de recherche et fondateur et responsable de l’Équipe de recherche et d’intervention en santé mentale des anciens combattants et leur famille (ÉRISM-AC/F) a pour sa part souligné qu’il serait sans doute utile de pousser davantage la recherche sur l’utilisation des compétences relatives à l’employabilité aux emplois de la fonction publique des militaires libérés des Forces armées canadiennes.

200907 Vha Eval Onepager Fra by Jacques Godboutbm on Scribd