Syrie: 16 combattants pro-iraniens tués dans des frappes «probablement» israéliennes

Syrie: 16 combattants pro-iraniens tués dans des frappes «probablement» israéliennes. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Seize combattants pro-iraniens ont été tués jeudi dans des frappes menées « probablement » par des avions israéliens dans l’est de la Syrie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, a indiqué à l’AFP que les combattants tués appartenaient à « des factions irakiennes loyales à l’Iran ». Sept d’entre eux ont péri à la périphérie de la ville de Mayadin, tandis que les neuf autres sont morts dans des frappes au sud d’Abou Kamal, dans la province de Deir Ezzor, selon cette ONG.

L’armée israélienne n’a pas réagi dans l’immédiat aux déclarations de l’OSDH.

S’il s’agit d’une attaque israélienne, elle sera la deuxième de ce type en moins de 24 heures et la troisième en seulement une semaine.

La défense aérienne syrienne a intercepté mercredi des missiles tirés par un avion israélien vers une base aérienne dans le centre de la Syrie, selon l’agence officielle syrienne Sana. D’après l’OSDH, une ONG basée au Royaume-Uni, cette attaque a eu lieu dans la province de Homs.

Une attaque similaire avait déjà eu lieu lundi, lorsque des missiles israéliens avaient tué un civil, trois soldats syriens et sept combattants étrangers alliés au régime du président Bachar al-Assad, selon l’OSDH.

Les frappes de lundi avaient touché des positions de l’armée syrienne au sud de Damas, ainsi que des positions de paramilitaires soutenus par l’Iran, dont des combattants du Hezbollah libanais, dans la province de Deraa (sud), a indiqué l’Observatoire.

Israël a effectué des centaines de bombardements en Syrie depuis le début de la guerre civile en 2011, visant l’armée syrienne aussi bien que des forces iraniennes et du Hezbollah.

L’armée israélienne fournit rarement des informations sur ses opérations en Syrie, mais avait indiqué avoir frappé le 3 août, avec des avions de chasse, des hélicoptères d’attaque et d’autres avions de guerre, des cibles militaires dans le sud de la Syrie.

Après la mort d’un combattant du Hezbollah le 20 juillet dans un bombardement israélien, le chef de cette formation, Hassan Nasrallah, a prévenu que son organisation tuerait un soldat israélien pour chaque combattant tué par l’État hébreu.

Israël répète régulièrement qu’il ne laissera pas la Syrie devenir une tête de pont pour l’Iran, son ennemi.