Washington met en garde contre le programme balistique nord-coréen

Des gens regardent une émission télévisée diffusant un extrait d'un reportage sur la Corée du Nord tirant deux projectiles, probablement des missiles, dans la mer entre la péninsule coréenne et le Japon, à Séoul (Corée du Sud), le 31 octobre 2019. [AFP]
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les États-Unis ont formellement mis en garde mardi contre les activités balistiques de la Corée du Nord, qui se poursuivent et continuent de représenter une «menace significative», malgré les satisfecit de l’administration de Donald Trump à deux mois de l’élection présidentielle américaine.

Cet «avertissement», publié par les départements d’État, du Trésor et du Commerce, vise à prévenir les acteurs économiques mondiaux des risques qu’ils encourent en cas de transactions avec des maillons du programme de missiles balistiques nord-coréen, visé par de nombreuses sanctions américaines et internationales.

«Les efforts persistants de la Corée du Nord pour étendre ses capacités en missiles balistiques constituent une menace significative pour la stabilité régionale et mondiale», affirme la diplomatie américaine dans un communiqué.

Elle rappelle qu’après ses premiers essais de missiles intercontinentaux en 2017, Pyongyang «a continué au cours de l’année écoulée à tirer des missiles balistiques en violation d’une série de résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU».

Pourtant, le gouvernement du président Trump affirme que sa stratégie nord-coréenne est une de ses réussites en politique étrangère, depuis le premier sommet historique entre le milliardaire républicain et le dirigeant Kim Jong-un en juin 2018 à Singapour.  

Bien que le réchauffement des relations entre les deux hommes n’ait permis aucun progrès en matière de dénucléarisation, objectif initialement affiché par Washington, et que les négociations soient même dans une impasse totale depuis début 2019, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a encore vanté récemment la politique de Donald Trump.

«En Corée du Nord, le président a fait baisser la température, et contre toute attente a fait venir les dirigeants nord-coréens à la table des négociations», a-t-il dit dans une vidéo retransmise la semaine dernière à la convention d’investiture de Donald Trump comme candidat républicain à sa réélection, mettant l’accent sur l’absence d’essai nucléaire ou de missiles de longue portée.