Armes d’opérations spéciales: les Canadiens s’entraînent au Koweït avec les Américains

Des soldats de l'armée américaine, des aviateurs de l'US Air Force et des membres des Forces armées canadiennes posent pour une photo à l'Udairi Range Complex, au Koweït, le 12 octobre 2020. (Senior Airman Monica Roybal/U.S. Air Force)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Des membres des Forces armées canadiennes au Koweït se sont entraînés au maniement des armes d’opérations spéciales en octobre au complexe Udairi Range avec le Joint Special Operation Forces Support Detachment-Kuwait (JSSD-K), le détachement américain de soutien des forces d’opérations spéciales conjointes au Koweït, rapporte le le United States Central Command (CENTCOM), responsable des opérations militaires des États-Unis au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Asie du Sud.

Les membres du JSSD-K ont réunis pour une journée d’entraînement sur les armes d’opérations spéciales (SOF) des soldats du 386e Escadron des Forces de sécurité expéditionnaires, du 386e Escadron expéditionnaire de génie civil, du 387e Escadron expéditionnaire aérien, du Camp Canada et du Camp Moreell.

Les participants se sont entraînés au maniement en toute sécurité des armes SOF, y compris le lance-grenades simple MK-13, le lance-grenades automatique MK-47, le fusil Barrett de calibre .50, la mitrailleuse MK-48, la mitrailleuse M240B, le Beretta M- 9 et le pistolet Glock 9 mm.

«C’était une occasion vraiment unique de se rapprocher des armes d’opérations spéciales», a expliqué à propos de cette journée d’entraînement le sergent-chef de l’armée américaine Christopher Name, sous-officier responsable des munitions du JSSD-K. «Au-delà des obligations quotidiennes, l’organisation d’événements comme celui-ci renforce l’importance d’atteindre nos objectifs d’être pleinement capables de mener des missions, de garantir la réussite des opérateurs (Special Operations Command Central, SOCCENT) et de renforcer nos connaissances sur ces systèmes d’armes afin de mieux comprendre et s’aligner sur les missions des opérateurs.»

Le sergent-chef Name a expliqué que non seulement les armes utilisées pendant l’événement sont vitales pour soutenir les missions dans la zone de responsabilité, mais qu’une journée de champ de tir peut aider à maintenir une disponibilité totale des capacités des forces SOCCENT.

«Les relations [avec ses partenaires, NDLR] sont essentielles pour fournir le soutien dont le JSSD-K est responsable», a ajouté le sergent-chef. «Cela a cimenté l’unité et la camaraderie nécessaires avec tous les partenaires de la mission dans l’espace de bataille interarmées et multinational qui relève du réseau SOCCENT.