Conflit au Karabakh: l’Azerbaïdjan annonce avoir frappé des sites de lancement de missiles en Arménie

Conflit au Karabakh: l'Azerbaïdjan annonce avoir frappé des sites de lancement de missiles en Arménie. (Ministère la Défense de l’Azerbaïdjan)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’Azerbaïdjan a annoncé ce mercredi 14 octobre avoir frappé deux sites de lancement de missiles en Arménie, utilisés selon lui pour viser des zones civiles dans le conflit au Nagorny Karabakh, ce que dément l’Arménie.

C’est la première fois depuis la reprise des combats au Karabakh que Bakou reconnaît avoir frappé sur le territoire de l’Arménie, se justifiant en disant que ses forces armées avaient remarqué dans la nuit sur le sol arménien le déploiement de systèmes de lancements de missiles prêts à être utilisés, dans une zone proche de la région séparatiste du Nagorny Karabakh, et les avoir détruits, car ils étaient destinés à viser des zones civiles en Azerbaïdjan.

«Il a été rapporté que les forces armées arméniennes ont déployé un autre système de missiles opérationnel-tactique avec des missiles balistiques dans les régions frontalières de l’Arménie près de la région occupée de Kalbajar en Azerbaïdjan.», a déclaré le ministère la Défense de l’Azerbaïdjan.

«Des missiles opérationnels-tactiques ont été ciblés sur Ganja, Mingachevir et d’autres villes d’Azerbaïdjan pour faire des victimes parmi la population pacifique et détruire les infrastructures civiles. Afin d’assurer la sécurité de la population civile, le système de missiles déployé pour lancer des positions a été désactivé en tant que cible militaire légitime par une frappe préventive précise. Plus tôt, à 01h00, les systèmes de missiles opérationnels et tactiques déployés pour lancer des positions dans la même direction ont été détruits par une frappe précise. Il n’y avait pas d’infrastructure ni d’installations civiles aux points où les missiles ont été amenés à l’état de préparation pour lancer des frappes.»

Mülki əhalimiz və yaşayış məntəqələrimizi hədəfə alan düşmənin bütün legitim hərbi hədəfləri məhv ediləcəkErmənistan…

Publiée par Azərbaycan Respublikası Müdafiə Nazirliyi sur Mercredi 14 octobre 2020

Le ministère de la Défense arménien a confirmé pour sa part que des zones sur son territoire avaient été touchées, tout en niant avoir frappé l’Azerbaïdjan et affirmant se réserver désormais le droit de viser des cibles militaires en Azerbaïdjan.

Le Ministère de la défense de la République d’Arménie a publié une déclaration «informant que le 14 octobre, les forces armées azerbaïdjanaises ont pris pour cible des installations et du matériel militaires en service sur le territoire de la République d’Arménie, dans la région de Vardenis, en se fondant uniquement sur des hypothèses non fondées selon lesquelles le l’équipement était « prêt à frapper des colonies pacifiques en Azerbaïdjan ».»

La porte-parole du ministère arménien de la Défense, Chouchan Stepanian, a confirmé les frappes sur son sol, mais démenti toute volonté de viser des zones civiles en Azerbaïdjan. «L’attaque a été effectuée sur la simple hypothèse que l’équipement en question allait frapper des zones civiles en Azerbaïdjan. Il va sans dire que cette allégation est dénuée de tout fondement », a-t-elle indiqué. «Pas un seul missile, obus ou projectile n’a été tiré en direction de l’Azerbaïdjan », a-t-elle ajouté. En réponse, l’armée arménienne «se réserve maintenant le droit de cibler toute installation militaire et tout mouvement de combat sur le territoire de l’Azerbaïdjan».

«Il est évident que l’Azerbaïdjan ne refuse pas seulement la mise en œuvre du cessez-le-feu qui aurait dû être établi sur la base d’une déclaration conjointe des ministres des Affaires étrangères de la Russie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, approuvée le 10 octobre à l’initiative du président russe Vladimir Poutine, mais aussi, à l’instigation flagrante de la Turquie, cherche à élargir la géographie du conflit du Haut-Karabakh, en attaquant et en recourant à une agression ouverte contre le territoire souverain de la République d’Arménie.», déclare pour sa part par voie de communiqué le ministère arménien des Affaires étrangères. .

English⬇️‼️ՀՀ ԱԳՆ հայտարարությունը՝ ադրբեջանական զինուժի կողմից Հայաստանի Հանրապետության տարածքի թիրախավորման…

Publiée par ՀՀ Արտաքին գործերի նախարարություն / Ministry of Foreign Affairs of Armenia sur Mercredi 14 octobre 2020

«Toutes les actions entreprises par la partie azerbaïdjanaise recevront une réponse adéquate avec les moyens dont disposent les forces armées de la République d’Arménie. Nous condamnons fermement les tentatives d’agression armée de l’Azerbaïdjan contre le territoire souverain de la République d’Arménie et prévenons que les actions de provocation de l’Azerbaïdjan entraîneront des conséquences militaro-politiques irréversibles, dont les dirigeants de l’Azerbaïdjan portent l’entière responsabilité.

Troupes azerbaïdjanaises et combattants séparatistes, ces derniers soutenus par Erevan, se battent depuis fin septembre au Nagorny Karabakh. La reprise des hostilités a fait officiellement plus de 600 morts, mais le bilan réel pourrait être bien plus lourd.

Une trêve négociée sous l’égide de la Russie aurait dû entrer en vigueur samedi midi pour permettre au moins un échange de prisonniers et de corps, mais elle n’a jamais été respectée.

Le Nagorny Karabakh, territoire majoritairement peuplé d’Arméniens, a fait sécession de l’Azerbaïdjan, entraînant une guerre ayant fait 30 000 morts dans les années 1990. Bakou accuse depuis l’Arménie d’occuper son territoire, et les heurts armés y sont réguliers. Mais les hostilités en cours sont les plus graves depuis 1994. Après près de 30 ans d’impasse diplomatique, le président azerbaïdjanais Ilham Alïev a juré de reprendre le contrôle de ce territoire par la force si nécessaire.

*Avec AFP