Covid ou pas, un défilé géant doit se tenir à Pyongyang où serait dévoilé un nouveau missile

Missile intercontinental nord-coréen. Crédit : AFP/Ed Jones
Temps de lecture estimé : 2 minutes

À l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs samedi, la Corée du Nord, faisant fi de la menace sanitaire, devrait faire étalage avec éclat de ses dernières technologies militaires lors d’un défilé géant à Pyongyang.

La Corée du Nord pourrait dévoiler un missile balistique intercontinental (ICBM) et Kim Jong-un pourrait également prononcer un discours lors de l’événement, selon les sources des médias sud-coréens qui, comme d’habitude, suivent de près ce qui se passe au nord, où la chaîne de télévision publique nord-coréenne semble selon eux s’apprêter à diffuser le défilé en direct pour la première fois depuis 2017.

La dernière parade militaire en Corée du Nord a eu lieu en avril 2017, à l’occasion du 105e anniversaire de la naissance de Kim Il-sung, le fondateur de la Corée du Nord. A cette époque, le régime avait dévoilé un nouvel ICBM et divers types d’armes. Le vice-président du parti de l’époque avait prononcé un discours pour menacer de guerre les Etats-Unis s’ils entreprenaient une action militaire, rappelle pour sa part l’agence sud-coréenne Yonhap.

La Corée du Nord marque généralement chaque cinquième et dixième anniversaire par des événements de plus grande envergure, tels que des tirs de missiles et des défilés de troupes et de matériel militaire avancé.

Le ministère sud-coréen de l’Unification a déclaré jeudi au Parlement s’attendre à «un défilé de grande ampleur» et l’étude des photos satellite fait dire au site 38North, le site de référence en la matière, que la célébration de cet anniversaire pourrait être rien de moins qu’énorme.

Pyongyang pourrait exhiber samedi un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) ou un missile balistique intercontinental (ICBM) susceptible d’atteindre le territoire continental américain, peut-être même un missile doté de multiples corps de rentrée qui serait capable ainsi de tromper les systèmes de défense américain. 

Des milliers de militaires devraient en outre marcher au pas de l’oie sur la Place-Kim-Il-Sung, qui porte le nom au fondateur du régime, et cela sous les yeux de son petit-fils Kim Jong-un, troisième de la dynastie.

*Avec les agences