Forces armées canadiennes: les derniers chiffres de la Covid 19

Des membres du 2e Régiment d'artillerie de campagne se joignent a l’équipe médicale et d’entretien ménager du centre d’hébergement et de soins de longue durée Argyle, dans le cadre de l'opération LASER, à Saint-Lambert, Québec, le 30 avril 2020.. [MDN]
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Alors que chez nos voisins américains, on apprenait aujourd’hui que le chef d’état-major américain et plusieurs autres hauts responsables militaires ont dû se mettre en quarantaine, ici au Canada, les Forces armées canadiennes publiaient ce mardi les derniers chiffres de la Covid dans leur rang.

En date du 6 octobre 2020, voici le nombre de cas actifs, résolus et totaux de COVID-19 chez les membres des FAC :

  • Tous les cas actuellement actifs : 24
  • Tous les cas résolus : 198
  • Total de tous les cas positifs depuis le début de la pandémie : 222

Ces chiffres s’appliquent à l’ensemble des membres des Forces armées canadiennes, quel que soit leur emplacement ou la mission à laquelle ils participent, depuis le début de la pandémie.

En cette période de pandémie, l’Équipe de la Défense a procédé à la reprise des activités de façon progressive et sécuritaire dans le but d’assurer l’efficacité opérationnelle actuelle et future des Forces armées canadiennes tout en protégeant la santé, la sécurité et le bien-être général du personnel personnel, comme en font foi les entrevues avec le commandant du Groupe de soutien de la 2e Division du Canada et celui du Centre d’instruction de la Division à Valcartier, que vous pouvez écouter en allant sur notre page Facebook.

COVID-19 : Stratégie d’atténuation des risques stratifiée à l’intention des dirigeants. (Source: MDN)

Les mesures de santé publique appliquées judicieusement, telles que la distanciation physique, le port des masques non médicaux et le lavage fréquent et rigoureux des mains, constituent des mesures suffisantes pour la plupart des membres de l’Équipe de la Défense, explique la Défense nationale sur son site. En outre, des mesures additionnelles d’atténuation des risques s’appliquent pour ceux qui se voient confier des missions ou des tâches critiques et qui sont susceptibles de travailler dans des situations où ils sont exposés à un plus grand risque de transmission du virus.

Les mesures appliquées dépendent de la tâche, de la mission ou des circonstances dont il est question, par exemple, la vulnérabilité du groupe donné à une infection potentielle par la COVID-19 et les situations où la distanciation physique n’est pas possible, explique encore le ministre de la Défense. Ces mesures peuvent comprendre des questionnaires d’évaluation, une période de quarantaine ou d’isolement, la mise à l’écart (garder séparée des autres personnes ou groupes une force ayant fait l’objet d’un dépistage) et un test de dépistage de la COVID-19. Ces mesures réduisent le risque qu’une personne infectée nuise aux autres et à la mission, et limitent les répercussions en cas d’infection.

Bref, la direction des Forces armées canadiennes surveille de près la portée de la propagation de la COVID-19 au sein de l’Équipe de la Défense et l’application rigoureuse des mesures de santé publique et la stratégie d’atténuation des risques à plusieurs niveaux de l’Équipe de la Défense permettent de contenir efficacement la propagation du virus parmi les membres de notre personnel.

Prévention de la propagation chez les militaires des Forces armées canadiennes

Les membres des FAC pratiquent rigoureusement une bonne hygiène, notamment en se lavant les mains pendant au moins 20 secondes.

Lorsque les militaires des FAC sont envoyés en mission, ils disposent de l’équipement de protection individuelle approprié, comme des masques, des lunettes de protection ou des gants.

Dans l’exercice de leurs fonctions, si les militaires des FAC ne peuvent éviter de se trouver à moins de deux mètres les uns des autres, ils portent l’équipement de protection approprié.

Les membres des FAC sont dispersés et doivent demeurer en isolement pendant 14 jours avant et après leur envoi en mission.

Toute personne qui a développé des symptômes grippaux dans les 14 jours qui suivent son voyage dans un pays où se trouvent des cas de COVID-19 ou qui entre en contact avec une personne infectée par le virus est priée de se faire soigner rapidement.