Jour du Souvenir virtuel: plus que jamais, la santé mentale des vétérans doit être une priorité

Les Forces armées canadiennes jouent un rôle important en appuyant les activités du jour du Souvenir et de la Semaine des vétérans par le biais du Programme national des conférenciers de la Semaine des vétérans. (FAC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

La Légion royale canadienne a pris une très difficile décision concernant la cérémonie du jour du Souvenir dans la capitale fédérale. Cette année en raison de la pandémie de la COVID-19, la cérémonie se déroulera de manière virtuelle pour les milliers de vétérans, militaires, membres de la famille, cadets et de Canadiens et Canadiennes qui se rendaient habituellement au Monument commémoratif de guerre du Canada à Ottawa.

Personnellement, je suis d’avis qu’il s’agit de la meilleure décision dans les circonstances actuelles. Surtout si nous considérons le fait qu’une majorité de participants à cette cérémonie sont des personnes âgées. La dernière chose que nous voulons est un foyer d’éclosion de la COVID-19 parmi les vétérans âgés et les personnes qui participent à la cérémonie.

Même son de cloche pour les différentes cérémonies organisées aux quatre coins du Québec par les filiales de la Légion royale canadienne. Cette année, les traditions liées au jour du Souvenir seront donc bouleversées pour protéger la santé physique des gens.

Toutefois, cette décision aura sans contredit un impact sur la santé mentale de certains vétérans. Le jour du Souvenir est un moment unique dans l’année qui a une importance capitale pour tous ceux et toutes celles qui ont revêtu dans leur vie l’uniforme militaire canadien.

Pour bon nombre de vétérans, le début du mois de novembre est parfois difficile à vivre. En plus de se remémorer des événements liés à la carrière militaire, à la participation à des missions opérationnelles ou encore à la perte d’un camarade, cette période de l’année est en soi une période maussade (la température, l’ensoleillement à la baisse, le froid, la pluie, parfois la neige, etc.).

Pour plusieurs vétérans qui souffrent d’une blessure de stress opérationnel, cette période de l’année peut être extrêmement difficile. Je me souviens d’un vétéran qui avait fait une mission de maintien de la paix et qui avait participé à l’un de mes projets de recherche me dire qu’au cours de cette période de l’année, il avait des souvenirs, des images qui lui revenaient souvent. Cette image était celle d’une mère décédée qui tient son enfant aussi décédé dans ses bras avec des mouches partout, puis les gens qui passent par là ne font que marcher par-dessus eux. Pas facile de négocier avec de telles images !

La suspension des cérémonies du jour du Souvenir m’amène à avoir des craintes pour la santé mentale des vétérans, car ces derniers seront isolés cette année. Le jour du Souvenir permet de côtoyer d’autres militaires, d’autres vétérans, d’échanger, de socialiser, de discuter d’histoires de guerre, mais aussi de se soutenir mutuellement et de prendre des nouvelles. Lorsqu’un vétéran vit des moments difficiles, un frère ou une sœur d’armes qui s’en aperçoit, se rendra disponible pour lui offrir son aide et son accompagnement. J’ai peur que les cérémonies virtuelles limitent ces contacts sociaux qui ont une très grande importance pour les vétérans.

Oui, la suspension des cérémonies du jour du Souvenir protégera la santé physique, mais cela risque d’avoir un impact significatif sur la santé mentale. Il faut être pleinement conscient de cela et s’y préparer.

J’espère donc que les organisations de vétérans aux quatre coins du Québec seront en mesure d’entrer en contact par téléphone ou par les médias sociaux avec les vétérans dans la semaine précédente le jour du Souvenir. Il pourrait être pertinent pour les vétérans d’avoir à porter de main les numéros de téléphones des organisations de vétérans de leur secteur, d’Anciens combattants et de SSBSO.

Un autre geste que tout le monde peut faire est de participer à la Campagne du coquelicot numérique 2020 qui s’ouvrira le 30 octobre prochain. En participant à cette campagne, vous pourrez envoyer un Coquelicot numérique à un vétéran pour le remercier de ses services à notre pays. Il s’agit d’un petit geste qui peut faire chaud au cœur surtout dans les moments plus difficiles. De plus, en faisant un don au Fond du coquelicot, des sommes seront remises aux programmes et services de la Légion royale canadienne afin de venir en aide aux vétérans. Il est nécessaire de rappeler que la Légion royale canadienne possède plus de 100 filiales qui sont localisées dans 16 des 17 régions administratives du Québec.

Plus que jamais, la santé mentale des vétérans doit être au cœur des priorités et nous avons tous la possibilité de faire un petit geste pour aider les vétérans. Soyons là les uns pour les autres.

Veuillez cliquer ici pour participer à la Campagne du coquelicot numérique : https://mypoppy.ca/fr

ACC – Santé mentale et bien-être : https://www.veterans.gc.ca/fra/health-support/mental-health-and-wellness

SSBSO : https://www.cfmws.com/fr/aboutus/dcsm/osiss/pages/operational-stress-injury-social-support-(osiss).aspx/en/index.html

À lire aussi:

Covid 19: la Légion royale canadienne recommande de ne pas assister en personne aux cérémonies du jour du Souvenir >>

Le Programme national des conférenciers de la Semaine des vétérans devient virtuel >>