Karabakh: réunions séparées des chefs des diplomaties arménienne et azerbaïdjanaise à Moscou

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les ministres arménien et azerbaïdjanais des Affaires étrangères étaient en Russie mardi et mercredi pour des consultations diplomatiques séparées avec Moscou sur le conflit pour le Nagorny Karabakh, après l’échec consécutif de deux trêves humanitaires.


Mise à jour 21/10/2020, 10h13

Pendant que son ministre des Affaires étrangères rencontrait le chef de la diplomatie russe à Moscou, le premier ministre arménien a jugé mercredi qu’aucune «solution diplomatique» n’était envisageable dans le conflit avec l’Azerbaïdjan pour le Nagorny Karabakh, appelant ses concitoyens à se porter volontaires au front. «Nous devons admettre que la question du Karabakh, en ce moment et pour encore longtemps, ne peut avoir de solution diplomatique», a dit Nikol Pachinian dans une vidéo sur Facebook.

Il a demandé en conséquence à tous «les dirigeants des villes, des districts, des villages, des partis politiques, des organisations civiles, des cercles des affaires, d’organiser des unités de volontaires» pour combattre au côté des séparatistes du Nagorny Karabakh contre l’Azerbaïdjan. Selon Nikol Pachinian, la situation sur le front est « assez grave » pour les séparatistes. «Il y a la victoire ou la défaite, rien d’autre. Pour gagner, nous devons tous former des unités de volontaires», a-t-il relevé, estimant que l’Azerbaïdjan était en train de lancer ses «dernières ressources» dans la bataille.  


Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a tenu des réunions séparées avec le ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan Jeyhun Bayramov, le 20 octobre, et avec le ministre des Affaires étrangères de l’Arménie Zohrab Mnatsakanyan, le 21 octobre.

«Dans le cadre des récents contacts téléphoniques du Président de la Fédération de Russie V.V. Poutine avec le Président de la République d’Azerbaïdjan I.G. Aliyev et le Premier Ministre de la République d’Arménie N.V. Pashinyan, des réunions séparées du Ministre des affaires étrangères de la Russie ont eu lieu à Moscou les 20 et 21 octobre. V. Lavrov avec le Ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan D.A. Bayramov et le Ministre des Affaires étrangères de l’Arménie Z. G. Mnatsakanyan.», a annoncé Moscou aujourd’hui.

Au cours des pourparlers, des questions urgentes liées à la mise en œuvre des accords précédemment conclus sur un cessez-le-feu dans la zone du conflit du Haut-Karabakh et la création des conditions d’un règlement durable ont été abordées, a indiqué le communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

La porte-parole de Zohrab Mnatsakanian, chef de la diplomatie arménienne, a confirmé la rencontre avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, pour évoquer « la mise en place d’un accord de cessez-le-feu ».

De son côté, la diplomatie azerbaïdjanaise a confirmé elle aussi dans un communiqué la rencontre son ministre, Djeyhoun Baïramov, à Moscou mercredi pour des « consultations avec la partie russe ».

Aucune rencontre commune n’a été annoncée pour le moment. La précédente, le 9 octobre, avait débouché sur un accord de trêve humanitaire devant entrer en vigueur le lendemain, mais celle-ci est restée lettre morte. Un deuxième cessez-le-feu a échoué une semaine plus tard.

La Russie, puissance régionale, a multiplié les appels au cessez-le-feu depuis la reprise des hostilités le 27 septembre dans le Nagorny Karabakh, région à majorité arménienne ayant fait sécession de l’Azerbaïdjan à la fin de l’URSS, lors d’une guerre ayant fait 30 000 morts. Qualifiant «d’inacceptable» la poursuite des affrontements, Sergueï Lavrov a indiqué lundi que la Russie, l’Azerbaïdjan et l’Arménie travaillaient à la mise en place « prochaine » d’un mécanisme de contrôle du cessez-le-feu.

Il est également prévu que MM. Mnatsakanian et Baïramov s’entretiennent vendredi séparément à Washington avec leur homologue américain, Mike Pompeo.

Russie, États-Unis et France sont les médiateurs historiques du conflit du Karabakh au sein du Groupe de Minsk de l’OSCE.

Selon des bilans partiels, ces nouveaux combats ont fait plus de 800 morts, dont une centaine de civils. Chaque camp affirme cependant avoir tué des milliers d’ennemis. L’Azerbaïdjan affirme avoir reconquis des territoires lors des derniers combats, sans remporter toutefois jusqu’ici de victoire militaire décisive.  

*Avec AFP