L’Azerbaïdjan cible plusieurs villes du Karabakh: La capitale séparatiste touchée par une attaque massive de missiles

Stepanakert, la capitale du Nagorny Karabakh touchée par une attaque massive de missiles. (Twitter/@NikolPashinyan)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’Azerbaïdjan a ciblé plusieurs villes du Karabakh, les autorités arméniennes de l’enclave séparatiste accusant jeudi les forces azerbaïdjanaises de bombarder, notamment, Martakert, Shushi,et leur capitale, Stepanakert, faisant des blessés parmi la population civile.


Mise à jour 29/10/2020, 15h16

Les forces azerbaïdjanaises se trouvent à quelques kilomètres de la ville stratégique de Choucha, au Nagorny Karabakh, a annoncé jeudi Araïk Haroutiounian, le président de cette région sécessionniste où les combats opposent depuis fin septembre l’Azerbaïdjan à des séparatistes arméniens. Choucha est située à une quinzaine de kilomètres de Stepanakert, la capitale de cette région montagneuse, et sur la route reliant le Nagorny Karabakh à l’Arménie. Le contrôle de Choucha, construite sur les hauteurs, permet de mettre droit dans le viseur la capitale séparatiste. «L’objectif principal de l’ennemi est d’envahir Choucha […], et qui a le contrôle de Choucha, a le contrôle d’Artsakh», a-t-il assuré, utilisant le nom arménien pour le Nagorny Karabakh.

«L’Azerbaïdjan a frappé Stepanakert pendant plusieurs heures, des dizaines de missiles ont touché la ville», a indiqué un haut responsable local, Artak Beglarian, ajoutant que des «civils ont été blessés» dans cette attaque, « a pire dans les combats récents».

Cette annonce intervient au lendemain d’une attaque ayant visé la ville azerbaïdjanaise de Barda, proche du Nagorny Karabakh, Bakou accusant l’armée arménienne d’avoir tué 21 personnes et blessés des dizaines d’autres. Cinq autres civils avaient été tués la veille.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a juré de « venger » cette attaque via des « représailles sur le champ de bataille ».

L’Arménie a de son côté démenti avoir mené les attaques sur les villes de Gandja et Barda.

Stepanakert a été touché par des tirs à plusieurs reprises depuis la reprise des hostilités fin septembre entre l’armée azerbaïdjanaise et les forces arméniennes pour le contrôle de cette enclave du Caucase.

Selon des bilans partiels, plus de 1250 personnes dont plus de 130 civils dans les deux camps ont été tuées lors des affrontements, les pires depuis une guerre dans les années 1990 qui avait fait 30 000 morts.

L’Azerbaïdjan a annoncé jeudi avoir remis à l’Arménie les corps de 30 soldats tués dans les combats.

«L’Arménie n’a pas fait preuve de bonne volonté à ce sujet », mais grâce à une médiation russe, elle a « accepté d’ouvrir un couloir humanitaire » pour l’évacuation des dépouilles de soldats azerbaïdjanais du champ de bataille, a indiqué un conseiller du président Aliev, Hikmet Hajiyev.

Un porte-parole du ministère arménien de la Défense, Chouchan Stepanian, a confirmé ce transfert sous médiation de la Russie et de la Croix Rouge, ajoutant qu’Erevan était prêt à rendre les corps des soldats azerbaïdjanais.

Les chefs de la diplomatie azerbaïdjanaise et arménienne devaient se rencontrer jeudi à Genève, mais la réunion a été reportée à vendredi et ne sera pas en tête-à-tête, a indiqué le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères.