Le chef d’état-major américain et plusieurs autres hauts responsables militaires en quarantaine

Le chef d'état-major de la Défense américain, le général Mark Milley
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, et plusieurs autres hauts responsables militaires se sont mis en quarantaine mardi après que le numéro deux du corps des Garde-côtes, l’amiral Charles Ray, a été déclaré positif à la COVID-19.


Mise à jour 08/10/2020, 8h42

Après tout l’état-major américain, au tour du commandant adjoint du Corps des Marines a être testé positif pour le coronavirus. Le général Gary Thomas est en auto-quarantaine depuis mardi «par prudence suite à la notification d’un contact étroit avec une personne qui a ensuite été testée positive pour le virus», a déclaré le Corps des Marines. Thomas fait partie des officiers qui ont rencontré vendredi le vice-commandant de la Garde côtière, l’amiral Charles Ray, qui a appris qu’il était infecté par le virus lundi après avoir participé à des événements à la Maison Blanche. »In accordance with established Marine Corps COVID policies, Thomas, 58, will continue to quarantine at home. He is experiencing mild symptoms, but otherwise is feeling well. » ajoute le communiqué du Corps des Marines.


Les chefs militaires qui ont été en contact avec l’amiral Ray lors de réunions ont été testés, mais aucun n’a présenté de symptômes ou n’a jusqu’à présent été testé positif, a indiqué le porte-parole du Pentagone Jonathan Hoffman dans un communiqué.

Le porte-parole du Pentagone a affirmé que la mise en quarantaine de ces responsables n’affecterait pas «l’état de préparation opérationnelle ou la capacité de mission des forces armées américaines». «Ils sont capables de rester pleinement opérationnels et de s’acquitter de leurs tâches à partir d’un autre lieu de travail», a-t-il déclaré.

Le vice-commandant de la Garde côtière, l’amiral Charles W. Ray, a été testé positif pour le coronavirus et, mardi 6 octobre 2020, jusqu’à 14 responsables militaires sont maintenant en quarantaine après des réunions auxquelles l’amiral Ray était présent la semaine dernière.(US Coast Guard)

Le Pentagone n’a pas identifié les personnes touchées, mais les médias américains évoquent, sur la foi du témoignage de responsables qui se sont exprimés sous couvert d’anonymat, n’étant pas autorisés à parler à la presse, évoquent en plus du général Milley les Commandants de l’Armée, de la Marine et de l’Armée de l’air, ainsi que le chef du Cyber Command américain, le général Paul Nakasone.

La Garde côtière a déclaré dans un communiqué que l’amiral Ray avait ressenti des symptômes légers au cours du week-end et avait été testé lundi.

On ne sait pas comment l’amiral Ray a contracté le virus. On ne peut pas affirmer de façon certaine que ce soit lié à l’épidémie affectant le président Donald Trump et d’autres à la Maison Blanche, mais, dans un communiqué, le directeur des affaires publiques de la Garde côtière, le contre-amiral John Hickey, a aussi déclaré que Ray avait assisté à un événement à la Maison Blanche le dimanche 27 septembre pour les familles de militaires morts au combat, soit un jour après que la Maison Blanche a organisé un événement dans la roseraie pour la nomination d’Amy Coney Barrett au poste de juge de la Cour suprême, événement après lequel plusieurs participants ont été testés positifs pour la COVID-19.

Dans un communiqué, le président du comité des forces armés de la Chambre des Représentants, le démocrate Adam Smith, a critiqué le président Trump et son administration pour leur gestion du coronavirus après la nouvelle de la mise en quarantaine des hauts-responsables militaires.

«Bien que nos militaires puissent encore opérer pendant que le leadership est mis en quarantaine, les implications de l’insouciance du président sur la sécurité nationale ne peuvent être surestimées», a déclaré Smith. «La pandémie du COVID-19 a ravagé notre nation. Comment pouvons-nous nous remettre si nous ne pouvons même pas compter sur notre commandant en chef pour suivre les directives les plus élémentaires établies par son propre gouvernement? Au lieu de diriger, le président Trump continue de mettre en péril la sûreté et la sécurité du peuple américain et de notre appareil militaire.»

Trump ne présenterait plus «aucun symptôme», selon son médecin

Par ailleurs, dans un très bref bulletin de santé diffusé mardi, le médecin de la Maison Blanche, Sean Conley, a assuré que le président ne présentait désormais «aucun symptôme» de la COVID-19. « Il a passé une première nuit reposante chez lui […] Il continue globalement à aller très bien ».

«JE ME SENS BIEN !», a tweeté le président américain, se disant impatient de débattre une nouvelle fois, le 15 octobre, avec son adversaire démocrate Joe Biden.

Fidèle à la ligne qu’il adopte depuis des mois, Donald Trump a minimisé mardi la menace de la COVID-19, tentant, face à des sondages alarmants, d’accréditer l’idée qu’il serait immunisé contre le virus, mais aussi contre la défaite.

À moins d’un mois du scrutin, Donald Trump jouela carte du dirigeant sans peur ayant dompté le virus et appelant ses compatriotes à ne pas laisser la COVID-19 les «dominer».

Mais, en plus de l’avalanche de critiques que ce discours suscite au sein du corps médical, il pourrait être difficilement crédible dans un pays qui vient de franchir la barre des 210 000 morts et où la COVID sera, en 2020, la troisième cause de décès aux États-Unis.