L’esprit de l’accord de Doha violé, les Talibans attaquent, les Américains frappent

Des soldats américains dans la province afghane d'Helmand, le 27 août 2017. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les forces américaines ont dû mener plusieurs frappes aériennes au cours des derniers jours pour soutenir les forces de sécurité afghanes attaquées par les talibans dans le sud de la province de Helmand, a déclaré cette semaine le porte-parole de l’armée américaine en Afghanistan.

Des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons dans le sud de l’Afghanistan après des jours de combats intenses toujours en cours entre les talibans et les forces de sécurité, poussant les États-Unis à lancer des frappes aériennes pour défendre les forces afghanes. «Plus de 5100 familles ou 30 000 personnes […] ont fui les combats pour l’instant », a expliqué Sayed Mohammad Ramin, directeur du département des réfugiés du Helmand, cité par l’Agence France-Presse. «Certaines familles vivent toujours dans les rues de Lashkar Gah, nous n’avons pas de tente à leur donner.»

«Les talibans doivent immédiatement mettre un terme à leurs actions offensives dans la province de Helmand et réduire leur violence dans le pays. Cela n’est pas conforme à l’accord américano-taliban et sape les pourparlers de paix afghans en cours », a déclaré le porte-parole des forces américaines, le colonel Sonny Leggett, citant le général Scott Miller, commandant des forces américaines en Afghanistan.

Cette déclaration coïncide avec celle du chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, qui a contredit la Maison Blanche lors d’un entretien diffusé sur NPR, la radio publique américaine, lorsqu’il a refusé d’endosser le plan de Donald Trump visant à réduire les effectifs des troupes en Afghanistan à 2500 au début de l’année prochaine, refusant de fixer une date artificiellement et prônant plutôt un retrait conditionnel au respect de l’accord de Doha par les Talibans.

L’annonce des frappes américaines intervient après qu’une fusillade a été signalée lundi à Lashkar Gah et ses environs, la capitale de la province de Helmand.

Des témoins oculaires ont déclaré qu’il y avait des tirs sporadiques à l’intérieur de la ville et que des habitants avaient fui les districts de Nad Ali et Nawa à cause des combats.

Omer Zwak, porte-parole du gouverneur de la province du Helmand, a déclaré que les combattants talibans avaient commencé leurs attaques coordonnées dans différentes parties de la province au cours de la semaine dernière et que celles-ci s’étaient intensifiées au cours du week-end.

Pendant ce temps, des représentants du gouvernement afghan et des talibans mènent des négociations intra-afghanes au Qatar, un pays du Moyen-Orient où les talibans ont un bureau politique depuis de nombreuses années. Les négociations sont censées mettre fin à la guerre qui dure depuis des décennies, à la suite de l’accord de paix américano-taliban signé en février à Doha, la capitale du Qatar.

Les affrontements ont continué dans au moins quatre districts mercredi, ont précisé des responsables afghans, alors que les forces de sécurité ont repoussé plusieurs offensives talibanes dans la zone.

La collision de deux hélicoptères tôt mercredi dans le district de Nawa au Helmand a également tué neuf personnes. Des problèmes techniques ont provoqué la collision et l’écrasement de deux hélicoptères afghans Mi-17 de l’ère soviétique alors qu’ils décollaient dans le district de Nawa, juste au sud de la capitale provinciale Lashkar Gah, aux premières heures mercredi .Le ministère afghan de la Défense dit enquêter sur l’incident.