Pompeo continue de s’en prendre à la Chine, «la menace la plus grave» envers la liberté religieuse selon lui

Mike Pompeo. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

La Chine représente «la menace la plus grave» envers la liberté religieuse, a déclaré jeudi à Jakarta le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, continuant ainsi à s’en prendre à Pékin durant sa tournée asiatique entamée le 25 octobre.

Pompeo multiplie les attaques contre la Chine depuis le début de sa tournée, démarrée lundi en Inde et poursuivie au Sri Lanka, aux Maldives puis en Indonésie avant le Vietnam vendredi et qui a pour but de renforcer l’alliance contre la Chine, perçue par l’administration américaine comme une grave menace économique, politique et militaire.

Au Sri Lanka, lourdement endetté envers la Chine, il avait dénoncé le comportement «prédateur» du Parti communiste chinois, s’attirant une réponse cinglante de l’ambassade chinoise à Colombo. Aux Maldives le secrétaire américain avait mis garde contre «l’attitude menaçante et sans foi ni loi» de Pékin.  

À Jakarta, il s’en est pris au traitement de la minorité musulmane ouïghoure par Pékin.

La Chine est le principal partenaire commercial de l’Indonésie et, dans ce pays qui compte la plus importante population musulmane au monde, les critiques envers le sort des Ouïghours en Chine ont été étouffées.

«La menace la plus grave envers l’avenir de la liberté religieuse est la guerre menée par le Parti communiste chinois contre les personnes de toutes croyances: musulmans, bouddhistes, chrétiens et adeptes de Falun Gong», a déclaré Mike Pompeo jeudi devant l’influente organisation musulmane sunnite indonésienne Nahdlatul Ulama.

«Le Parti communiste chinois athée a tenté de convaincre le monde que les brutalités qu’il inflige aux musulmans ouïghours au Xinjiang sont nécessaires pour le contre-terrorisme ou la lutte contre la pauvreté », a poursuivi le secrétaire américain.

Plus d’un million de Ouïghours ont été internés dans des « camps » dans la région du Xinjiang (Nord-Ouest de la Chine), selon des organisations de défense des droits de l’homme. La Chine affirme qu’il s’agit surtout de « centres de formation professionnelle » pour aider la population à trouver un emploi et ainsi l’éloigner de l’extrémisme religieux.

«Mais nous savons qu’il n’existe aucune justification liée au contre-terrorisme pour forcer des musulmans ouïghours à manger du porc durant le Ramadan ou détruire un cimetière musulman», a ajouté Pompeo.

«Il n’existe aucune justification liée à la lutte contre la pauvreté pour procéder à des stérilisations forcées ou enlever des enfants à leurs parents pour les rééduquer dans des pensionnats d’État», a-t-il insisté, dénonçant « les contes fantastiques sur les Ouïghours heureux» de Pékin.

«Le Parti communiste chinois a tenté de convaincre les Indonésiens de détourner le regard des souffrances de vos coreligionnaires musulmans », a lancé le secrétaire américain. «Sondez vos cœurs. Regardez les faits», a-t-il encore dit, «pensez à tout ce que vous savez sur la manière dont un gouvernement autoritaire traite ceux qui résistent à sa férule».