Washington annonce une nouvelle vente d’armes à Taïwan

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Washington a annoncé cette semaine une nouvelle vente d’armes à Taïwan pour un montant estimé à 2,4 milliards de dollars, s’attirant une réponse cinglante aujourd’hui de Pékin qui avait déjà menacé de représailles après une vente similaire annoncée la semaine dernière.

Cette nouvelle vente porte sur 100 systèmes de défense côtière Harpoon (HCDS), qui peuvent compter jusqu’à 400 missiles RGM-84 l-4, d’une portée maximum de 125 km. Ces missiles fabriqués par la division défense de Boeing peuvent être stationnés sur des plateformes fixes ou montés sur des camions. Les systèmes de défense Harpoon sont capables de frapper des navires et des cibles terrestres. Boeing affirme que le missile utilise la navigation inertielle assistée par GPS et délivre une ogive explosive de 500 livres. Il peut cibler les sites de défense côtière, les sites de missiles sol-air, les aéronefs exposés, les navires dans les ports et les installations portuaires et industrielles.

La semaine dernière, alors que Washington a approuvé la vente à Taïwan de 135 missiles de défense côtière Slam-ER (Standoff Land Attack Missile-Expanded Response), qui ont une portée suffisante pour atteindre la Chine continentale, pour un montant estimé à 1 milliard de dollars, la Chine avait menacé les États-Unis de représailles.

Cette semaine, l’administration Trump a notifié lundi au Congrès son intention de vendre pour 2,37 milliards de dollars U.S. de systèmes de missiles Harpoon à Taïwan quelques heures seulement après que Pékin a annoncé des sanctions contre des entreprises américaines de la défense, y compris Boeing, qui fabrique le Harpoon.

«Les États-Unis maintiennent un intérêt constant pour la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et considèrent la sécurité de Taiwan comme un élément central de la sécurité et de la stabilité de la région indo-pacifique plus large», a déclaré le département d’État affirmant que que la vente ne modifierait pas l’équilibre militaire dans la région.

Plus tôt lundi, la Chine avait déclaré qu’elle imposait des sanctions à Boeing, Lockheed Martin et d’autres entreprises de défense américaines pour avoir fourni des armes à Taïwan.

Le Parti communiste au pouvoir revendique Taiwan, qui s’est séparée du continent en 1949 pendant la guerre civile, comme faisant partie de son territoire et a menacé de l’envahir s’ol déclarait son indépendance. Washington a promis dans les années 80 de réduire et finalement de mettre fin aux ventes d’armes à Taiwan, mais insiste sur le fait que le différend ente l’ile et la Chine continentale doit être réglé pacifiquement.

Taiwan a longtemps été un irritant dans les relations sno-aéricaines. Washington n’a pas de relations formelles avec le gouvernement démocratiquement élu de l’île, mais est son principal allié. La loi américaine exige du gouvernement qu’il veille à ce que Taiwan puisse se défendre. Les ventes d’armes à l’île n’ont pas cessé d’augmenter en quantité et en qualité.

La Chine s’oppose fermement aux ventes d’armes des États-Unis à Taïwan et exhorte la partie américaine à révoquer son plan de vente d’armes à l’île, a déclaré aujourd’hui Wang Wenbin, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Wang a déclaré que les ventes d’armes américaines à Taïwan enfreignaient gravement le principe d’une seule Chine et interfèrent gravement dans les affaires intérieures de la Chine et sapent la souveraineté et les intérêts de sécurité de la Chine.

Cette décision a envoyé un mauvais signal aux forces sécessionnistes de «l’indépendance de Taiwan» et a sérieusement sapé la Chine et les États-Unis. relations ainsi que la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan« », a ajouté Wang. «La Chine s’y oppose fermement.»

Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a donné aucun détail sur les nouvelles sanctions qui pourraient être imposées ni à quel moment, contentant de déclarer qu’« Afin de sauvegarder les intérêts nationaux, la Chine a décidé d’imposer des sanctions aux entreprises américaines impliquées dans la vente d’armes à Taiwan».

Les relations sino-américaines ont plongé à leur plus bas niveau depuis des décennies au milieu de différends concernant la sécurité, la technologie, la pandémie de coronavirus et les droits de l’homme.

Au même moment où Washington annonce la vente de missiles Harpoon à Taïwan, le secrétaire d’État Mike Pompeo a entamé aujourd’hui, lundi 25 octobre, une tournée dans la région indo-pacifique qui le mènera à New Delhi, en Inde, Colombo, au Sri Lanka; Malé aux Maldives et Jakarta, Indonésie, du 25 au 30 octobre, pour conforter l’alliance contre la Chine.

Pékin fait régulièrement pression sur des entreprises américaines, dont Boeing, dans le but d’influencer la politique américaine. La Chine est l’un des plus grands marchés de Boeing pour les avions commerciaux, ce qui pourrait la rendre vulnérable au boycott, mais Zhao n’a mentionné que la branche militaire de Boeing, Boeing Defence, et non ses activités d’aviation civile.