Yémen: plus de 1000 prisonniers de guerre libérés lors d’un échange organisée par la Croix-Rouge

Plus de 1 000 personnes détenues en lien avec le conflit au Yémen ont été libérées et ont pu regagner leur foyer. (Twitter/@CICR_fr)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Plus de 1000 personnes anciennement détenues en relation avec le conflit au Yémen ont été ramenées dans leur région d’origine ou dans leur pays d’origine dans le cadre de la plus grande opération du genre au cours des cinq années et demi que dure ce conflit, rapporte le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui a organisé cet échange de prisonniers.

Le processus de deux jours du 15 au 16 octobre a impliqué 11 vols opérés par le CICR à destination et en provenance de cinq villes de deux pays – le Yémen et l’Arabie saoudite. Le nombre de détenus libérés et transportés a été de 1 056, indique la Croix-Rouge.

«C’est une occasion mémorable dans une guerre remplie d’agonie. Plus de 1 000 familles peuvent se réjouir après avoir été réunies avec leurs proches. Bien que nous soyons très heureux pour ces familles, nous gardons également à l’esprit les centaines d’autres qui attendent d’être réunifiées. Nous espérons que cette étape ajoutera de l’énergie aux efforts visant à libérer davantage de détenus à l’avenir», a déclaré Katharina Ritz, chef de la délégation du CICR au Yémen.

Les libérations quasi simultanées sont le résultat de pourparlers à Montreux, en Suisse, le mois dernier, qui se sont appuyés sur les travaux de l’Accord de Stockholm à la fin de 2018, indique la Croix-Rouge. Le rôle du CICR dans l’opération de libération était d’agir en tant qu’intermédiaire neutre pour le transport des anciens détenus. Le CICR s’est entretenu avec les détenus en tête-à-tête et a effectué des contrôles médicaux avant leur libération pour s’assurer qu’ils voulaient être ramenés chez eux et en assez bonne santé pour le faire.

«Cette libération, résultat de négociations minutieuses entre les personnes impliquées dans le conflit, est une étape encourageante», a déclaré Omar Odeh, chef de la délégation du CICR au Koweït. «L’ampleur de ces librations a fait de cette opération un défi logistique compliqué, mais le CICR est honoré de jouer un rôle neutre qui facilite la réunification des familles.»

Onze vols ont décollé ou atterri dans deux aéroports d’Arabie saoudite – Abha et Riyad – et trois aéroports au Yémen: Aden, Sana’a et Seyoun, indique le CICR qui a fourni aux détenus des vêtements, du matériel d’hygiène et de l’argent pour la dernière étape du voyage chez eux.

Le CICR a distribué des équipements de protection individuelle, fourni des conseils en matière de santé et pris des mesures de distanciation sociale dans les aéroports et les avions pour se prémunir contre la transmission du COVID-19, indique-t Le personnel médical et les volontaires du Croissant-Rouge du Yémen et de l’Autorité du Croissant-Rouge saoudien ont aidé à l’opération de deux jours dans les aéroports et sur les vols, notamment en aidant les détenus infirmes à monter et descendre des avions et en fournissant des services d’ambulance.

Le CICR avait auparavant transporté des détenus du conflit au Yémen à environ une demi-douzaine d’occasions entre novembre 2019 et septembre 2020, mais cette libération de détenus est la plus importante depuis que le CICR a été impliquée dans le conflit au Yémen.

À lire aussi:

Rebelles et gouvernement au Yémen ont commencé jeudi à échanger un millier de prisonniers >>