Attaques d’octobre contre un centre éducatif de Kaboul: les forces afghanes capturent le «cerveau » de l’attentat

10 tués, plus de 20 blessés dans une explosion à l'ouest de Kaboul le 24 octobre. (Tolo)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les forces afghanes ont capturé le «cerveau» de deux violentes attaques contre un centre éducatif et une université de Kaboul qui ont causé la mort de près de 50 personnes et fait plus de 40 autres blessés, ont annoncé les autorités samedi, rapporte la chaîne afghane d’information continue Tolo News.  

Au moins 18 des personnes tuées étaient des étudiants de l’École d’administration publique et de la Faculté de droit de l’Université de Kaboul.

L’attaque a eu lieu quelques jours seulement après la mort de 24 personnes dans un attentat-suicide près du centre éducatif Kawsar-e Danish, un établissement proposant des formations pour étudiants. Ces massacres interviennent alors que les violences n’ont fait qu’augmenter à travers l’Afghanistan ces derniers mois, malgré l’ouverture de pourparlers de paix à Doha entre les talibans et le gouvernement en septembre.

Le premier vice-président afghan Amrullah Saleh a déclaré samedi que les forces afghanes avaient arrêté le cerveau derrière l’attaque meurtrière contre l’université de Kaboul qui a fait au moins 22 morts, dont la plupart étaient des étudiants de l’université.

Saleh affirme dans un message sur Facebook que le suspect, Mohammad Adel, résidait dans la province du Panjshir et avait étudié trois ans la charia (loi islamique) à la faculté de droit. Selon le vice-président afghan, Adel a été recruté par Sanaullah, membre du réseau Haqqani.

Amrullah Saleh a déclaré que le suspect avait avoué qu’il avait été chargé de mener des activités qui pourraient faire pression sur le gouvernement afghan.

Le premier vice-président a aussi déclaré que la famille d’Adel vivait dans le secteur de Pul-e-Charkhi à Kaboul et que leurs voisins avaient déclaré qu’il était porté disparu depuis trois ans, la rumeur disant qu’il était parti à l’étranger pour «études et guerre».

Toujours selon Amrullah Saleh, ceux qui ont mené l’attaque ont des identités multiples car parfois ils s’affilient au Hizb ut-Tahrir, ou aux Taliban et à Daech, mais, cette fois, selon le vice-président afghan, Adil aurait avoué avoir reçu les armes pour l’attaque du réseau Haqqani dans la province de Khost.

Daech a pourtant revendiqué l’attaque, mais le gouvernement afghan persiste à blâmer les talibans pour l’attaque de l’Université de Kaboulm alors que les talibans ont nié leur implication, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, assurant que le suspect n’était pas membre du réseau Haqqani.