Israël/Arabie saoudite: pourparlers de haut niveau, mais pas de liens formels imminents

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Dans une apparente démonstration d’unité contre l’ennemi commun qu’est l’Iran, des responsables saoudiens et israéliens auraient confirmé lundi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’était rendu en Arabie saoudite un jour plus tôt pour des entretiens avec le prince héritier Mohammed ben Salmane avant que le président élu américain Joe Biden ne prenne ses fonctions en janvier, rapporte aujourd’hui les médias israéliens.

Les pourparlers, méticuleusement planifiés selon les sources israéliennes, ne se seraient toutefois pas terminés par un accord de normalisation des relations entre Israël et l’Arabie saoudite, même, selon les mêmes sources si un tel accord pourrait encore se concrétiser à l’avenir.

La révélation de la réunion semble être un message envoyé par Israël et l’Arabie saoudite à l’Iran, au reste du Moyen-Orient et à Biden selon lequel les Saoudiens sont intéressés à s’orienter vers des relations normalisées avec Israël.

La rencontre a également semblé faire savoir à Biden que même si son administration annule les politiques radicales de son prédécesseur Donald Trump sur l’Iran, Israël et l’Arabie saoudite sont en phase avec la menace posée par la République islamique.
Le président élu a publiquement plaidé pour un retour à l’accord nucléaire de 2015 qui imposait des limites aux ambitions atomiques de l’Iran et dont Trump s’est retiré en 2018.

Mais de son côté, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Fayçal ben Farhane, a soutenu aujourd’hui sur Twitter qu’« aucune réunion de ce type n’a eu lieu » dimanche en Arabie saoudite. « Les seuls responsables présents étaient américains et saoudiens », a-t-il asséné.

La rencontre, si rencontre il a eu, pourrait être un message au président américain élu, Joe Biden, visant à lui faire savoir que, même si son administration annule les politiques radicales de son prédécesseur Donald Trump envers l’Iran, Israël et l’Arabie saoudite sont en phase avec la menace posée par la République islamique.

Le président élu a publiquement plaidé pour un retour à l’accord nucléaire de 2015 qui imposait des limites aux ambitions atomiques de l’Iran et dont Trump s’est retiré en 2018.

Selon les médias israéliens, Netanyahu était accompagné du directeur du Mossad Yossi Cohen, tandis que le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, arrivé en Arabie saoudite le même jour, a également assisté à la réunion. Netanyahu serait resté sur le sol saoudien pendant au moins quatre heures. Lui et Cohen auraient quitté l’aéroport international Ben-Gourion à 19 h 50 à bord d’un jet privé et ont atterri en Arabie saoudite à 20 h 30, retournant en Israël après minuit.

Plus tôt cette année, des alliés de longue date de l’Arabie saoudite, le Bahreïn et les Émirats arabes unis, ont signé des accords de normalisation avec Israël, mais, pour le ministre saoudien des Affaires étrangères, réitérant la position de longue date de Riyad, une normalisation complète avec Israël ne pourrait intervenir qu’après la création de un État palestinien.

À suivre…