Karabakh: un nouveau cessez-le-feu semble consacrer la victoire militaire de l’Azerbaïdjan

0
26
Temps de lecture estimé : 3 minutes

«Aujourd’hui 9 novembre, le Président de la République d’Azerbaïdjan Aliyev, le Premier Ministre de la République d’Arménie Pashinyan et le Président de la Fédération de Russie ont signé une déclaration déclarant un cessez-le-feu complet et toutes les hostilités dans la zone du conflit du Haut-Karabakh à partir de minuit heure de Moscou 10 novembre 2020.», vient d’annoncer Vladimir Poutine.

Plusieurs tentatives de cessez-le-feu sous l’égide de Moscou, Paris et Washington, les trois pays formant le Groupe de Minsk de l’OSCE chargé depuis 1994 de trouver une issue au conflit, ont pourtant volé en éclat sitôt entrées en vigueur. Le nouvel accord accord, qui semble consacrer une victoire militaire azerbaïdjanaise, semble toutefois être le bon.

Un élément nouveau, toutefois, qui a peut-être changé la donne, risquant d’entraîner la Russie dans le conflit, un hélicoptère militaire russe a été abattu ce lundi au-dessus de l’Arménie, non loin de la frontière avec l’Azerbaïdjan, tuant deux membres d’équipage.

«Nous condamnons fermement cet assaut contre les forces armées russes par les forces armées azerbaïdjanaises sur le territoire souverain de l’Arménie.», a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères,, ajoutant être «convaincus que le recours à la force contre les forces armées de la Fédération de Russie recevra une réponse adéquate.»

«La République d’Azerbaïdjan et la République d’Arménie s’arrêtent à leurs positions. Le contingent de maintien de la paix de la Fédération de Russie est déployé le long de la ligne de contact au Haut-Karabakh et le long du couloir reliant le Haut-Karabakh à la République d’Arménie.», précise le communiqué du Kremlin.

Un échange de prisonniers de guerre et d’autres personnes détenues et de corps de morts sera effectué. Les personnes déplacées et les réfugiés retournent sur le territoire du Haut-Karabakh et dans les environs sous le contrôle du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, indique Moscou.

Toutes les liaisons économiques et de transport de la région sont débloquées. Le contrôle des communications de transport est effectué avec l’aide des autorités du service russe des gardes-frontières, poursuit le communiqué du Kremlin.

«Nous partons du principe que les accords conclus créeront les conditions nécessaires pour un règlement à long terme et complet de la crise autour du Haut-Karabakh sur une base juste et dans l’intérêt des peuples arménien et azerbaïdjanais.», a déclaré le président russe.

Les combats opposent depuis fin septembre les soldats azerbaïdjanais et les séparatistes soutenus par l’Arménie pour le contrôle du Nagorny Karabakh, reconnu par la communauté internationale comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, mais qui échappe à son contrôle depuis 1994 et la fin d’une guerre ayant fait 30 000 morts.

Depuis la reprise des combats le 27 septembre, les forces azerbaïdjanaises ont regagné d’importantes portions de territoires au sud du Nagorny Karabakh et se rapprochaient depuis plusieurs jours de Choucha et d’une route vitale reliant la capitale séparatiste à l’Arménie, affirmant même hoer s’être emparé de cette ville à l’importance stratégique et symbolique.

Le premier ministre arménien, Nikol Pashinyan, a confirmé l’accord sur sa page Facebook, écrivant avoir «personnellement pris une décision très dure pour moi et pour nous tous. J’ai signé une déclaration sur la fin de la guerre du Karabakh avec les présidents russes et azerbaïdjanais à partir de 01.00 heures. Le texte de la déclaration qui a déjà été publiée est incroyablement douloureux pour moi et notre peuple.»

Depuis la reprise des combats le 27 septembre, les forces azerbaïdjanaises ont regagné d’importantes portions de territoires au sud du Nagorny Karabakh et se rapprochaient depuis plusieurs jours de Choucha et d’une route vitale reliant la capitale séparatiste à l’Arménie.

«J ‘ai pris cette décision à la suite d’une analyse approfondie de la situation militaire et d’une appréciation des personnes qui ont la meilleure possession de la situation. Ce n’est pas une victoire, mais il n’y a pas de défaite», a conclu le chef du gouvernement arménien.

https://www.facebook.com/nikol.pashinyan/posts/2807204759599901