Nucléaire iranien: l’Allemagne veut élargir l’accord aux missiles balistiques

0
89
Image fournie par la télévision d'Etat iranienne montrant un tir de missile iranien sur les positions des islamistes de l'EI en Syrie, le 18 juin 2017. (IRIB TV/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’Allemagne, qui préside actuellement l’UE, a estimé ce vendredi 4 décembre qu’un simple retour à l’accord existant sur le nucléaire iranien ne suffirait plus et qu’il fallait l’élargir aux programmes balistiques de Téhéran notamment.

«Un retour à l’accord actuel ne suffira pas», a déclaré le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas à l’hebdomadaire Der Spiegel, dans la perspective d’une possible relance de ce dossier après l’entrée en fonction du démocrate Joe Biden comme président des États-Unis.

«Nous avons des attentes claires à l’égard de l’Iran: pas d’armes nucléaires mais pas non plus de programme de missiles balistiques qui menace toute la région. Il va falloir une sorte d’accord nucléaire plus, ce qui est aussi dans notre intérêt » a-t-il souligné ajoutant qu’ «En outre l’Iran doit jouer un autre rôle dans la région». 

L’actuel président américain Donald Trump, qui quittera la Maison-Blanche en janvier, avait claqué la porte en 2018 de l’accord conclu par les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avec l’Iran pour l’empêcher de se doter de l’arme nucléaire, le jugeant insuffisant pour endiguer les comportements « déstabilisateurs » de la République islamique. Dans la foulée, Trump a rétabli puis durci les sanctions américaines levées en 2015, au grand dam des alliés européens de Washington qui ont tenté et tentent encore tentent de sauver l’accord.

Le président élu, Joe Biden, a pour sa part confirmé mercredi dans un entretien avec le chroniqueur Thomas Friedman paru dans le New York Times vouloir engager rapidement de nouvelles négociations avec l’Iran, «en consultation» avec les alliés de Washington, mais uniquement après le retour des États-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump a quitté..

Après un retour de Washington et Téhéran dans les clous l’accord, et seulement après ce retour «en consultation avec nos alliés et partenaires, nous engagerons des négociations et des accords de suivi pour durcir et prolonger les restrictions nucléaires imposées à l’Iran et pour aborder le programme de missiles » iranien, a précisé Biden lors de son entretien avec le chroniqueur du quotidien new-yorkais.

Pour le chef de la diplomatie allemande, toutefois, le temps presse, car l’Iran aura des élections présidentielles l’année prochaine. «Le facteur décisif sera de savoir si les États-Unis assouplissent les sanctions économiques contre l’Iran. Les deux parties doivent se réunir.»