La Commission mixte de l’accord sur le nucléaire iranien prépare le retour des États-Unis aux pourparlers

0
37
Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, assistant à une réunion de la Commission mixte du JCPOA à Vienne en 2020. (Archives/Commission européenne)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’UE va organiser vendredi une réunion de la Commission mixte de l’accord sur le nucléaire iranien en visioconférence pour «discuter de la perspective d’un éventuel retour des États-Unis», une initiative saluée par Washington qui doit se joindre aux pourparlers nucléaires de Vienne avec l’Iran et les autres puissances la semaine prochaine.

«La commission mixte sera présidée, au nom du haut représentant (chef de la diplomatie) de l’UE Josep Borrell, par le secrétaire général adjoint et directeur politique du Service européen pour l’action extérieure Enrique Mora et réunira des représentants de la Chine, de la France, de l’Allemagne, de la Russie, du Royaume-Uni et de l’Iran», indique un communiqué du chef de la diplomatie européenne.

«Les participants discuteront de la perspective d’un éventuel retour des États-Unis dans le JCPOA (le Plan d’action global commun conclu à Vienne en 2015) et de la manière d’assurer la mise en œuvre complète et efficace de l’accord par toutes les parties», est-il précisé.

Josep Borrell coordonne les travaux de la commission mixte du JCPOA et a mené un intense travail diplomatique avant d’organiser cette réunion. Il espère réunir rapidement tous les acteurs autour de la table de négociation.

Washington salue l’initiative

Les États-Unis ont salué jeudi l’annonce européenne. «C’est une étape positive », a dit le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse.

Le président américain Joe Biden a promis de rejoindre à nouveau cet accord, mais à la condition que Téhéran revienne au préalable au respect des engagements dont il a commencé à s’affranchir en riposte aux sanctions des États-Unis sous Donald Trump (2017-2021).

L’Iran est prêt à revenir au respect complet de ce texte si Washington lève d’abord ses sanctions «dans les faits», a pour sa part rappelé le 21 mars l’ayatollah Ali Khamenei.

Les autorités iraniennes ont rejeté une proposition de rencontre directe avec les Américains dans le cadre de cette Commission mixte. Washington ne participera donc pas à la réunion de vendredi.

«Nous sommes prêts à revenir dans le plein respect de nos engagements» dans le cadre de l’accord de 2015 «si l’Iran en fait autant», a réaffirmé Ned Price.

Le porte-parole de la diplomatie américaine a ajouté que le gouvernement américain avait partagé avec ses partenaires ses pistes pour sauver l’accord, «y compris à travers une série de mesures réciproques initiales».

«Nous étudions les options pour y parvenir, notamment via des discussions indirectes » avec les Iraniens « par l’intermédiaire de nos partenaires européens», a-t-il ajouté.

Voir la transcription de la conférence de presse de Ned Price du 1er avril >>

Téhéran a cessé de respecter ses engagements en matière nucléaire après le retrait unilatéral en 2018 des États-Unis de Donald Trump de l’accord de Vienne et le rétablissement des sanctions américaines qui asphyxient l’économie iranienne.

L’accord signé par l’Iran à Vienne en 2015 avec les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni) ainsi que l’UE vise à empêcher la République islamique de se doter de la bombe atomique, avec de strictes limites à son programme nucléaire censé demeurer exclusivement civil et pacifique.  

La communauté internationale avait en échange levé toutes ses sanctions économiques contre l’Iran.

*Avec AFP