Retrait d’Afghanistan: Biden s’explique

0
392
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Biden considère atteint l’objectif que les talibans ne puissent plus attaquer les États-Unis et s’en est expliqué dans une intervention cet après-midi.

Affirmant avoir «atteint l’objectif» en Afghanistan, le président Joe Biden a promis que le départ des troupes américaines d’ici le 11 septembre ne serait pas «précipité», et exhorté les talibans à tenir «leur engagement» à ne pas menacer les États-Unis.

«Je pense que notre présence en Afghanistan doit être centrée sur la raison pour laquelle nous y sommes allés en premier lieu: s’assurer que l’Afghanistan ne serve pas de base pour attaquer à nouveau notre pays. C’est ce que nous avons fait. Nous avons rempli cet objectif», a affirmé le président démocrate.

«Les États-Unis vont entamer leur retrait définitif le 1er mai», mais « ne partiront pas de manière précipitée», a poursuivi Joe Biden, dont la décision avait été annoncée la veille par son équipe.  

«Les troupes américaines ainsi que les forces déployées par nos alliés de l’OTAN» auront «quitté l’Afghanistan avant le 20e anniversaire de ces attentats odieux du 11-Septembre», a-t-il ajouté.

«Nous tiendrons les talibans responsables de leur engagement à ne permettre à aucun terroriste de menacer les États-Unis ou leurs alliés depuis le sol afghan», a dit le 46e président des États-Unis, en demandant au Pakistan, à la Chine, à la Russie, à l’Inde et à la Turquie de «soutenir» l’Afghanistan.

Biden s’est entretenu aujourd’hui avec le président afghan Ashraf Ghani

Le président Biden s’est entretenu aujourd’hui avec le président Ashraf Ghani, indique un communiqué de la maison-Blanche.

Ils ont discuté de leur engagement continu en faveur d’un partenariat bilatéral solide après le départ des troupes américaines d’Afghanistan et ont affirmé le respect et la gratitude partagés pour les sacrifices consentis par les forces américaines, aux côtés des alliés de l’OTAN et des partenaires opérationnels, ainsi que par le peuple afghan et les militaires afghans au cours des deux dernières décennies, dit le communiqué.

Le président Biden a souligné que les États-Unis continueraient de soutenir le peuple afghan, notamment par le biais d’une assistance au développement, humanitaire et sécuritaire.

Le Président Biden et le Président Ghani ont réaffirmé leur conviction commune que tout doit être fait pour parvenir à un règlement politique afin que le peuple afghan puisse vivre en paix, affrime le communiqué.

Pour mettre fin à la plus longue guerre des États-Unis, dans laquelle plus de 2000 Américains et des dizaines de milliers d’Afghans ont été tués, l’administration Trump avait conclu en février 2020 à Doha, au Qatar, un accord historique avec les talibans.

Il prévoyait le retrait de toutes les forces américaines et étrangères avant le 1er mai prochain, à condition que les insurgés empêchent à l’avenir à tout groupe terroriste d’opérer depuis les territoires afghans qu’ils contrôlent.

Les alliés de l’OTAN commenceront pour leur part leur retrait le 1er mai

Les alliés de l’OTAN ont pour leur part annoncé mercredi leur décision de commencer le retrait de leurs forces engagées dans la mission en Afghanistan d’ici le 1er mai pour le terminer «en quelques mois», a annoncé un communiqué publié par l’Alliance.

«Les Alliés ont décidé que nous commencerons le retrait des forces de la mission» Resolute Support «d’ici le 1er mai. Ce retrait sera ordonné, coordonné et délibéré. Nous prévoyons que le retrait de toutes les forces américaines et de celles de la mission sera terminé en quelques mois», précise le communiqué publié après les annonces du président américain Joe Biden.

La date du 11 septembre, 20e anniversaire des attaques notamment contre le World Trade Center de New York, n’est pas mentionnée dans le communiqué de l’OTAN.

«Toute attaque des talibans contre les troupes des alliés durant le retrait fera face à une réponse énergique», avertit l’OTAN dans son communiqué.

«Nous continuerons à soutenir» le processus de paix en Afghanistan «et nous» saluons «la conférence de paix d’Istanbul qui doit se tenir entre le 24 avril et le 4 mai comme «une opportunité de faire avancer ce processus», poursuit le communiqué publié à l’issue d’une réunion en visioconférence entre les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des 30 pays membres de l’Alliance.

Le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg, a qualifié cette décision de «début d’un nouveau chapitre» dans les relations de l’OTAN avec l’Afghanistan, affirmant que «les alliés et les partenaires continueront de se tenir aux côtés du peuple afghan, mais c’est maintenant au peuple afghan de construire une paix durable».

Les pays les plus engagés en Afghanistan sont les États-Unis, l’Allemagne, la Turquie, le Royaume-Uni et l’Italie. Ces cinq pays ont déployé 6000 des 9592 militaires engagés par 36 pays membres de l’OTAN et partenaires comme l’Ukraine (10 militaires) dans l’opération de l’OTAN Resolute support .

*Avec AFP