L’armée russe prévoit créer 20 nouvelles unités à l’ouest pour contrer l’OTAN

0
473
Temps de lecture estimé : 3 minutes

L’armée russe prévoit créer 20 nouvelles unités dans la partie ouest du pays dans le but de contrer ce qu’elle décrit comme une menace croissante de l’OTAN, a annoncé le ministre de la Défense Sergueï Choïgou ce lundi lors d’une rencontre avec l’état-major de l’armée.

Lors de cette réunion le ministre a déclaré selon le compte-rendu publié aujourd’hui par le ministère russe de la Défense que la situation dans la direction stratégique occidentale se caractérise par une augmentation des menaces militaires.

Au cours des dernières sept années, l’intensité des vols de bombardiers stratégiques des forces aériennes des États-Unis en Europe a été multipliée par 14 fois, a dit Choïgou.

Systématiquement, les navires de l’OTAN équipés d’armes à missiles guidés entrent dans la mer Baltique. L’année dernière seulement, les navires de cette classe ont effectué des tâches à trois reprises près de la région de Kaliningrad. Au total, depuis 2016, le système de contrôle objectif a enregistré 18 telles sorties de navires de guerre dans les zones supposées de lancement de missiles de croisière., affirment les Russes.

«Simultanément, les États-Unis et l’OTAN continuent d’élargir l’échelle de l’entraînement opérationnel et au combat près de nos frontières», a déclaré le ministre de la Défense russe.

Selon le Ministre russe de la Défense, le nombre d’exercices a augmenté de 1.5 fois au cours des dernières années. Maintenant, le plus grand exercice des dernières 30 années «Defender Europe-2021», auquel participent jusqu’à 40 mille soldats, est en cours, se plaignent les Russes, ajoutant que objectif principal de l’Ouest est de travailler sur le transfert d’une division à part entière des États-Unis vers l’Europe, écrit le ministère russe de la Défense dans son compte-rendu de la réunion d’aujourd’hui. [Nous ne savons pas vraiment d’où viennent les chiffres cités par le ministre russe de la Défense, mais il faut noter que «Defender Europe-2021» n’implique pas 40 000 soldats, mais 28 000, NDLR]

Toujours selon le compte-rendu publié aujourd’hui par le ministère russe de la Défense, «Les actions de nos collègues occidentaux détruisent le système de sécurité dans le monde et nous obligent à prendre des mesures d’opposition adéquates», a poursuivi Sergueï Choïgou. «Nous améliorons constamment la composition de combat des troupes. Jusqu’à la fin de l’année, environ 20 formations et unités militaires seront formées dans la Région militaire Ouest», notant également que les mesures d’organisation étaient synchronisées avec la fourniture d’armes modernes et de matériel militaire et que le district militaire ouest avait commandé quelque 2000 nouvelles pièces d’artillerie cette année.

«En outre, la formation du personnel et des organes de commandement militaire est constamment améliorée. L’intensité des tâches d’entraînement au combat des navires de la Flotte de la Baltique a augmenté de 30%. On a effectué plus de 200 exercices avec l’utilisation de différents types d’armes. Le temps de navigation aérienne a augmenté de 4%», a-t-il ajouté.Ministre de la Défense a déclaré.

Les préparatifs de l’exercice stratégique conjoint russo-biélorusse « Zapad-2021 » (Ouest), qui aura lieu en septembre sur les polygones de la Biélorussie et de la Région militaire Ouest, sont entrés dans la phase active. Un certain nombre de formations de commandement et d’état-major ont déjà été menées avec la participation d’états-majors de différents niveaux. Écrit aussi le ministère russe de la Défense dans le comptye-rendu de la réunion.

À partir de juin, l’exécution d’un ensemble de tâches dans le cadre d’exercices conjoints de troupes spéciales commencera, poursuit le compte-rendu du ministère russe de la Défense..

«Je tiens à souligner que l’exercice « Zapad-2021 » est planifié. Il est effectué sur décision des présidents de la Russie et de la Biélorussie et a un caractère exclusivement défensif. Dans les délais fixés par les traités internationaux, nos partenaires seront informés des paramètres de l’exercice et l’événement lui-même pourra être visité par des observateurs et des journalistes internationaux», a également déclaré Sergueï Choïgou.

Le mois dernier, un déplacement massif de troupes dans le sud et le sud-ouest de la Russie, près de la frontière avec l’Ukraine, avait inquiété Kiev et Washington, qui a sommé Moscou de retirer ses soldats alors que l’on craignait un nouveau conflit. La Russie a accepté de rappeler ses soldats, mais elle a laissé l’équipement militaire sur place en vue de prochains exercices prévus en septembre.

En 2014, la Russie a annexé la Crimée après que l’Ukraine eut chassé le président pro-russe Viktor Ianoukovytch qui s,est réfugié en Russie. Depuis, Moscou continue d’appuyer les rebelles séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Plus de 14 000 personnes ont été tuées en sept ans de combats armés dans la région.

Après le soutien de Moscou aux séparatistes géorgiens, moldaves et ukrainiens, la Russie a offert la semaine dernière un soutien politique à son allié biélorusse, qui s’est rendu coupable d’un acte de piraterie aérienne en détournant un avion de Ryanair volant de la Grèce vers la Lituanie pour arrêter un journaliste biélorusse dissident.

Il est donc assez ironique après tout ça d’entendre le ministre de la Défense russe parler de menaces venant de l’ouest, à la veille du sommet Biden-Poutine prévu pour le 16 juin de surcroît…