Washington dévoile son plan national contre le terrorisme intérieur

0
210
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Le gouvernement américain a dévoilé mardi une «stratégie nationale» pour lutter contre le terrorisme intérieur, devenu l’une des priorités du président Joe Biden après plusieurs attentats racistes ces dernières années et l’assaut contre le Congrès en janvier.

«L’examen était fondé sur une évaluation d’experts de la menace terroriste nationale fournie par les communautés du renseignement et de l’application de la loi.», explique la Maison-Blanche dans un communiqué aujourd’hui. «Un résumé non classifié de cette évaluation a été publié en mars afin que le public puisse voir les principales conclusions. Il a constaté que les deux éléments les plus meurtriers de la menace terroriste intérieure d’aujourd’hui sont (1) les extrémistes violents à motivation raciale ou ethnique qui prônent la supériorité de la race blanche et (2) les extrémistes violents antigouvernementaux ou anti-autorité, tels que les milices violentes. extrémistes.»

Joe Biden avait promis dans son discours d’inauguration le 20 janvier que le pays allait «vaincre […] l’extrémisme politique, le suprémacisme blanc et le terrorisme intérieur», après plusieurs attaques meurtrières motivées par le racisme ou l’antisémitisme ces dernières années. En mars, le patron du FBI, Christopher Wray, avait indiqué devant le Congrès que le nombre d’enquêtes fédérales ouvertes pour «terrorisme intérieur» avait doublé, passant de 1000 à 2000 depuis son entrée en fonction en 2017. Le pays a également été choqué par l’assaut meurtrier contre le Congrès par des partisans de Donald Trump. Près de 500 personnes ont été arrêtées pour leur rôle à des degrés divers, selon le FBI.

Les extrémistes violents «sont une menace élevée pour le pays en 2021», a confirmé à des journalistes une haute responsable de l’administration lors d’une séance d’information technique à la Maison-Blanche aujourd’hui. Les deux menaces les plus «mortelles», selon elle, sont les partisans du suprémacisme blanc et les membres de milices anti-gouvernement. Mais, a-t-elle souligné, ce plan est «idéologiquement neutre» et s’attaque à toutes les formes de terrorisme.

«La stratégie que nous publions aujourd’hui est soigneusement conçue pour lutter contre la violence et réduire les facteurs qui conduisent à la violence, menacent la sécurité publique et portent atteinte à la libre expression des idées. Il est organisé autour de quatre piliers – les éléments essentiels de la façon dont l’administration Biden améliorera la réponse du gouvernement américain à cette menace persistante, évolutive et mortelle pour notre peuple, notre démocratie et notre sécurité nationale», indique par ailleurs le communiqué de la Maison-Blanche publié aujourd’hui.

Ces quatre piliers constituent les grandes orientations du plan plutôt que des mesures concrètes, avec des objectifs de «prévention, d’interruption et de dissuasion», tout en préservant les libertés individuelles.

L’administration Biden souhaite d’abord d’améliorer le partage d’informations au niveau fédéral et local sur les groupes ou militants extrémistes. Le ministère de la Justice et la police fédérale ont ainsi mis en place un nouveau système national de signalement des affaires liées au terrorisme.

«Le gouvernement des États-Unis améliorera l’analyse du terrorisme national et améliorera le partage d’informations dans l’ensemble de l’application de la loi aux niveaux fédéral, étatique, local, tribal et territorial, et, le cas échéant, avec les partenaires du secteur privé. Le ministère de la Justice (DOJ) et le Federal Bureau of Investigation (FBI) ont mis en place un système robuste pour suivre méthodiquement les cas de terrorisme domestique à l’échelle nationale. Le Département d’État ainsi que les communautés du renseignement et de l’application de la loi en apprennent davantage auprès de partenaires étrangers sur les dimensions internationales de cette menace».

Le gouvernement veut également s’attaquer au recrutement des militants et aux appels à la violence en collaboration avec les grands groupes technologiques et les réseaux sociaux.

Le gouvernement des États-Unis intensifiera ses efforts pour lutter contre le recrutement de terroristes en ligne et la mobilisation à la violence par des terroristes nationaux grâce à un partage accru d’informations avec le secteur de la technologie et à la création de moyens innovants pour favoriser la culture numérique et renforcer la résilience au recrutement et à la mobilisation.

Tel qu’annoncé en mai, les États-Unis ont également récemment rejoint l’Appel à l’action de Christchurch pour éliminer les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne, un partenariat international entre les gouvernements et les entreprises technologiques qui s’efforce de développer de nouvelles solutions multilatérales pour éliminer les contenus terroristes en ligne tout en préservant la liberté d’expression en ligne.

Le gouvernement va également améliorer le système de poursuites contre les extrémistes en recrutant des analystes, des enquêteurs et des procureurs supplémentaires. Il va également s’assurer que les forces de l’ordre ou l’armée n’emploient pas de militants extrémistes. « »Le Bureau de la gestion du personnel envisagera des mises à jour des formulaires utilisés pour postuler à des postes sensibles au sein du gouvernement fédéral qui pourraient aider les enquêteurs à identifier les menaces potentielles de terrorisme national. Le DOD (Department of Defense), le DOJ (Department of Justice) et le DHS (Department of Homeland Security) poursuivent également leurs efforts pour garantir que des terroristes nationaux ne sont pas employés dans nos rangs militaires ou des forces de l’ordre et pour améliorer les processus de sélection et de contrôle.»

Et le quatrième pilier consiste en la lutte contre «les éléments contributeurs à long terme» au terrorisme que sont «les inégalités économiques, ceux qui se sentent laissés de côté par l’économie du 21e siècle, le racisme structurel et la prolifération des armes», a expliqué la haute responsable. «Chaque composante du gouvernement a un rôle à jouer pour éliminer le racisme et le sectarisme et faire progresser l’équité pour tous les Américains», note le communiqué publié aujourd’hui. Aussi, indique la Maison-Blanche,« » Le gouvernement américain, en partenariat étroit avec la société civile, s’attaquera aux contributeurs à long terme qui sont responsables d’une grande partie du terrorisme intérieur d’aujourd’hui. Cela comprend la réduction et la protection des Américains contre la haine raciale, ethnique et religieuse, et l’arrêt du flux d’armes à feu vers des individus ayant l’intention de commettre des actes de terrorisme domestique». «Nous veillerons», dit la présidence américaine, «à ce que les forces de l’ordre agissent sans parti pris dans la lutte contre le terrorisme national et assurent la sécurité publique de tous les Américains. Dans une vraie démocratie, la violence ne peut pas être un mode acceptable de recherche de changement politique ou social.»

National Strategy for Countering Domestic Terrorism by Jacques Godboutbm on Scribd

*Avec AFP