La chute de l’Afghanistan aux mains des talibans, un crève-coeur pour les soldats canadiens

0
716
C’était ce 7 juillet 2021 le 10e anniversaire de la fin de la mission de combat du Canada en Afghanistan. (FAC)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Devant la détérioration rapide de la situation en Afghanistan, où ont servi plus de 40 000 Canadiens, la mission de combat du Canada qui duré près d’une décennie ayant été la plus longue de notre histoire militaire, le lieutenant-gouverneur Eyre, chef d’état-major par intérim de la Défense, a fait part de sa consternation.

Le 4 juillet dernier, quelques jours avant le 10e anniversaire de la fin de la mission de combat du Canada en Afghanistan, les talibans annonçaient la prise sans coup férir du district de Panjwayi dans la province de Kandahar, un district que les troupes canadiennes ont passé des années à défendre, ajoutant, comme pour rendre cette défaite des forces afghanes encore plus humiliantes, que «L’ennemi mercenaire a subi de lourdes pertes et un grand nombre d’armes et de munitions sont tombées entre les mains des moudjahidines».

Devant cette victoire rapide des talibans, le lieutenant-général Eyre, n’a pu rester silencieux et, dans une lettre adressée aux troupes canadiennes, n’a pas caché sa consternation, déclarant que la chute de Panjwayi, emblématique de la détérioration de la situation en Afghanistan, a été douloureuse pour beaucoup de membres des Forces armées canadiennes.

Les troupes canadiennes ont mené une grande partie de leurs combats dans le district de Panjwayi, une région considérée comme le cœur spirituel des talibans dans le sud de la province de Kandahar, sur une période de six ans à partir de 2005. Après la prise du district par les talibans ont le 4 juillet après deux nuits de violents affrontements avec les forces gouvernementales afghanes, le plus haut gradé militaire canadien a décidé de partager ses pensées avec les membres actuels et anciens des Forces armées canadiennes et leurs familles.

«Beaucoup d’entre nous ont regardé les reportages en provenance d’Afghanistan avec consternation», a écrit le lieutenant-général Wayne Eyre, chef par intérim des Forces canadiennes. «La chute de Panjwayi… a frappé beaucoup d’entre nous particulièrement durement, et alors que nous remettons en question notre héritage, elle sert de signe avant-coureur pour tous les Canadiens qui ont servi dans le pays, peu importe quand et où»

«Notre expérience en Afghanistan n’a laissé personne intact, et beaucoup, y compris des familles, en sont marquées physiquement, mentalement et moralement», a écrit il. «Beaucoup d’entre nous demandent, certains depuis des années, cela en valait-il la peine ? Les réponses seront profondément personnelles et toutes n’auront pas atteint une conclusion définitive autre que ‘le temps nous le dira’.»

Les forces de la coalition se sont régulièrement battu dans le Panjwayi alors que les talibans reconstituaient leurs forces dans les années qui ont suivi leur chute du pouvoir. La bataille de Panjwayi, menée par les forces canadiennes en 2006, a fait 16 morts parmi les soldats canadiens et des dizaines d’autres blessés.

Les dernières troupes canadiennes ont quitté l’Afghanistan il y a sept ans. Mais les souvenirs d’Afghanistan sont «gravés de manière indélébile dans la psyché collective de ceux qui y ont servi», écrit le chef d’état-major intérimaire de la Défense.

Il y a 10 ans en juillet 2021 s’achevait la mission de combat en Afghanistan, la plus grande opération de combat menée par le Canada en plus de 50. Merci à ceux qui ont servi, y compris les disparus.
(FAC)

Au moment d’écrire ces lignes, les forces afghanes tiennent toujours la ville de Kandahar et la plupart des autres zones urbaines, mais les talibans contrôlent plus de territoire qu’ils n’en ont contrôlé depuis 2001, 85% du territoire national selon les insurgés. Le territoire contrôlé par les talibans comprend une grande partie du territoire rural entourant les villes. À Panjwayi, ils ont en outre sécurisé un périmètre de 3 milles autour du centre du district [près de 5 km] a déclaré le gouverneur de Panjwayi, Hasti Mohammad, rapportait la semaine dernière le journal officiel des forces américaines.

«Alors que l’histoire sera le juge ultime, la trajectoire actuelle du pays nous cause beaucoup de peine et de doute», poursuit le lieutenant-général, comparant les sacrifices en Afghanistan à ceux endurés en Europe et en Corée où, au moins, les anciens combattants pouvaient mettre leur service en contexte alors qu’ils voyaient des nations «sortir des décombres et des cendres», ce qui n’est absolument pas le cas ici.

«Devrions-nous baisser la tête dans l’amertume et le remords ou devrions-nous continuer à vénérer les sacrifices de tant de personnes dans nos rangs et nos familles, pour honorer le noble engagement de servir et de rendre le monde meilleur, et nous efforcer d’apprendre de nos expériences, de grandir et de devenir meilleur chaque jour ? » se demande le lieutenant-général Eyre, concluant que «Bien qu’aucun de nous ne puisse parler pour eux, je dois croire que nos morts voudraient que nous poursuivions ces derniers.»

Entre 2001 et 2014, 158 soldats canadiens ont été tués en Afghanistan. Plus de 2 300 soldats américains ont été tués pendant la guerre.

La plupart des troupes de la coalition ont quitté l’Afghanistan et les États-Unis achèveront leur retrait d’ici le 31 août, a déclaré le président Joe Biden ce mois-ci.