Frappe «défensive» des forces américaines à Kaboul contre l’EI

0
487
Une frappe «défensive» des forces américaines à Kaboul contre l’EI dimanche 29 août 2021. (capture d’écran/twitter/@bsarwary)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Les États-Unis ont réalisé dimanche à Kaboul une frappe «défensive» de drone contre un véhicule chargé d’explosifs, afin de «supprimer une menace imminente» de l’État islamique au Khorasan (EI-K) contre l’aéroport, a annoncé le Pentagone.

La frappe aérienne américaine d’aujourd’hui dimanche a fait exploser un véhicule rempli de kamikazes à Kaboul dimanche, a déclaré un responsable de la Défense américaine.

«Les forces américaines ont mené aujourd’hui une frappe aérienne défensive» de drone, lancée depuis l’extérieur de l’Afghanistan, «contre un véhicule à Kaboul, éliminant une menace imminente de l’EI-K contre l’aéroport international» Hamid Karzai, a précisé Bill Urban, un porte-parole du commandement central dans un premier communiqué diffusé ce matin, 29 août, à 11h26, heure de Washington.

«Nous sommes certains d’avoir atteint la cible», a-t-il ajouté. «Nous vérifions l’éventualité de victimes civiles», a-t-il dit en précisant dans un premier temps n’avoir «pas d’indication à cette heure» qu’il y en ait. Mais les États-Unis enquêtent sur de possibles victimes civiles dans la frappe aérienne ayant détruit une voiture chargée d’explosifs dans la capitale afghane, a-t-il annoncé plus tard.

«De fortes explosions secondaires provenant du véhicule ont montré la présence d’une quantité importante d’explosifs», a-t-il ajouté. «Nous restons vigilants face à de futures menaces potentielles.»

Peu avant, le porte parole des talibans, Zabihullah Mujahid avait déclaré dans un message aux journalistes que la frappe a ciblé le kamikaze alors qu’il conduisait un véhicule chargé d’explosifs.

Après l’attaque de drone qui a tué vendredi deux militants de l’EI-K, la frappe d’aujourd’hui est la deuxième frappe aérienne contre des terroristes de l’EI-K depuis qu’un kamikaze a tué 13 soldats américains et plus de 169 Afghans, jeudi à l’aéroport.

Joe Biden avait fait savoir samedi qu’une nouvelle attaque était «hautement probable», après l’attentat de jeudi aux abord de l’aéroport de Kaboul, revendiqué par l’EI-K et qui a fait plus d’une centaine de morts dont 13 militaires américains.

En représailles, les États-Unis ont effectué une frappe de drone en Afghanistan, tuant deux membres du groupe État islamique et en blessant un troisième, et prévenu que ce ne serait pas « la dernière ».

Le président américain et son épouse Jill Biden se trouvaient dimanche matin sur la base militaire de Dover, à l’est de Washington, auprès de familles des militaires tués lors de l’attentat de jeudi lorsque l’annonce de la dernière frappe aérienne est tombée.

Enquête sur de possibles victimes civiles

«Nous sommes au courant que des victimes civiles ont été annoncées à la suite de notre frappe sur un véhicule à Kaboul aujourd’hui », a expliqué le capitaine Bill Urban, porte-parole du Centcom, dans un deuxième communiqué diffusé à 20h12, heure de Washington.

«Nous sommes toujours en train d’évaluer les résultats de cette frappe, qui, nous le savons, a enrayé une menace imminente de l’EI-K [l’État islamique au Khorasan] contre l’aéroport», a-t-il poursuivi.

Avant la publication de ce communiqué, la chaîne américaine CNN avait affirmé que neuf membres d’une famille, dont six enfants, avaient été tués dans la frappe de dimanche dans la capitale surpeuplée, où des milliers d’Afghans tentent toujours de fuir les talibans.

Des médias locaux afghans ont aussi annoncé des victimes civiles.

«Nous savons qu’il y a eu des explosions importantes et puissantes à la suite de la destruction du véhicule, indiquant la présence d’une grande quantité de matière explosive à l’intérieur, ce qui a pu causer des pertes supplémentaires», a souligné le capitaine Urban. « Ce qui s’est passé n’est pas clair, et nous continuons d’enquêter.»

«Nous serions profondément attristés par toute perte potentielle de vie innocente», a-t-il ajouté.

La voiture détruite par la frappe américaine dimanche se dirigeait vers l’aéroport de Kaboul, a corroboré un porte-parole taliban.

Plus de 114 000 personnes ont été évacuées d’Afghanistan depuis le 15 août, jour de la prise du pouvoir par les talibans. Le retrait américain du pays doit s’achever le mardi 31 août.

*Avec AFP