Joe Biden signe un décret en vue d’une déclassification de documents de l’enquête sur le 11-Septembre

0
478
Le 11 septembre 2001, des attentats impliquant des ressortissants saoudiens font près de 3000 morts aux États-Unis. Après avoir occupé une place centrale, jusqu'à devenir une obsession, la guerre au terrorisme qui se poursuit encore aujourd'hui est souvent oubliée par le public, la presse et les élus. (Archives/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Le président américain Joe Biden a signé vendredi un décret en vue d’une déclassification dans les six prochains mois de documents de l’enquête sur le 11-Septembre, un sujet sensible pour certaines familles de victimes.

Faisant référence à une «promesse» de campagne, Joe Biden a «signé un décret ordonnant au ministère de la Justice et à toutes les agences concernées de superviser un examen de déclassification des documents liés aux enquêtes sur le 11-Septembre», selon un communiqué de la Maison-Blanche.

«Lorsque je me suis porté candidat à la présidence, je me suis engagé à assurer la transparence concernant la déclassification des documents sur les attentats terroristes du 11 septembre 2001 contre l’Amérique», a déclaré Biden dans le communiqué publié avant le 20e anniversaire des attentats la semaine prochaine. . «Nous ne devons jamais oublier la douleur persistante des familles et des proches des 2 977 personnes innocentes qui ont été tuées lors de la pire attaque terroriste contre l’Amérique de notre histoire.», a-t-il ajouté.

Le ministre de la Justice devra publier les documents déclassifiés «au cours des six prochains mois».

L’annonce d’aujourd’hui a été immédiatement saluée par des membres de la famille qui avaient intensifié la pression sur Joe Biden pour qu’il agisse en ce sens.

L’Arabie saoudite dans le collimateur

Des familles de victimes du 11-Septembre ont lancé une bataille judiciaire contre l’Arabie saoudite et d’autres États qu’elles accusent de complicité.  

Au cours de cette procédure, les gouvernements américains successifs ont invoqué le secret d’État pour ne pas publier certains documents. En 2019, William P. Barr, alors procureur général du président Donald J. Trump, avait déclaré devant un tribunal fédéral que les documents liés aux attaques devraient rester classifiés pour protéger la sécurité nationale.

Le sujet est sensible, alors que les États-Unis s’apprêtent à commémorer les vingt ans des attaques contre les tours jumelles du World Trade Center et contre le Pentagone, avec notamment une cérémonie à New York à laquelle Joe Biden doit assister.

Début août, des familles de victimes, des rescapés des attentats et des membres des équipes de secours avaient publié une lettre faisant savoir que le président démocrate ne serait pas le «bienvenu» à la cérémonie s’il ne «tenait pas sa promesse».

La Commission sur le 11 septembre, qui a publié son rapport final en 2004, n’a trouvé «aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution ou de hauts responsables saoudiens ont financé individuellement» Al-Qaïda, qui a perpétré les attentats. Mais cette formulation a laissé certains spéculer qu’il pourrait y avoir des preuves de l’implication d’autres responsables de rang inférieur.

La lettre réclame la publication de tous les documents révélant, selon les signataires, l’implication de l’Arabie saoudite dans les attaques.

*Avec AFP

Voir aussi:

Statement by President Joe Biden on the Executive Order Directing Declassification Review of Documents Related to the September 11, 2001 Terrorist Attacks SEPTEMBER 03, 2021 • STATEMENTS AND RELEASES >>

Executive Order on Declassification Review of Certain Documents Concerning the Terrorist Attacks of September 11, 2001 SEPTEMBER 03, 2021 • PRESIDENTIAL ACTIONS >>