Les talibans annoncent qui seront les principaux ministres de leur gouvernement

0
296
Le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid, lors d’une conférence de presse à Kaboul, le 7 septembre 2021. (Twitter)
Temps de lecture estimé : 5 minutes

Les talibans ont annoncé mardi les principaux ministres de leur gouvernement que dirigera, le mollah Hassan Akhund, un proche du mollah Omar, leur fondateur, consolidant leur pouvoir malgré des manifestations qu’ils ont dispersées en tirant en l’air à Kaboul.

Mise à jour, 07/09/2021, 18h11

À Hérat (ouest), deux personnes ont été tuées et huit blessées par balle lors d’un rassemblement antitaliban, selon un médecin local. Ce sont les premiers morts recensés lors des marches contre le nouveau régime de ces derniers jours dans plusieurs grandes villes du pays.

______________________________

Les islamistes, qui s’étaient engagés à former un gouvernement «inclusif», ont nommé Abdul Ghani Baradar, le cofondateur de leur mouvement, en tant que numéro 2 de leur régime. Le mollah Yaqoub, fils du mollah Omar, sera ministre de la Défense. Sirajuddin Haqqani, le leader du réseau éponyme et numéro deux des talibans, obtient le portefeuille de l’Intérieur.

Apparemment, pour ce qui est d’avoir un «gouvernement inclusif», on devra attendre: le nouveau gouvernement (par intérim parce ce que pas encore complet et définitif) est composé des personnes suivantes:

• Premier ministre (chef de l’État) : le mollah Hassan Akhund

• Adjoint : Mollah Baradar

• Adjoint : Mawlavi Hannafi

• Ministre de la Défense par intérim : Mollah Yaqoub

• Ministre de l’intérieur par intérim : Serajuddin Haqqani

• Ministre des Affaires étrangères par intérim : Mawlawi Amir Khan Muttaqi

• Ministre des Finances par intérim : Mollah Hedayatullah Badri

• Ministre de l’Éducation par intérim : Mawlawi Noorullah Munir

• Ministre par intérim de l’Information et de la Culture : Mullah Khairullah Khairkhah

• Ministre de l’Économie par intérim : Qari Din Hanif

• Ministre par intérim du Hajj : Mawlawi Noor Mohammad Saqib

• Ministre de la justice par intérim : Abdul Hakim Sharie

• Ministre par intérim des frontières et des affaires tribales : mollah Noorullah Noori

• Ministre par intérim de la réhabilitation rurale et du développement : mollah Mohammad Younus Akhundzada

• Ministre des travaux publics par intérim : Mullah Abdul Manan Omari

• Ministre par intérim des Mines et du Pétrole : Mullah Mohammad Esa Akhund

• Ministre par intérim de l’Eau et de l’Énergie : Mullah Abdul Latif Mansoor

• Ministre par intérim de l’aviation civile et des transports : mollah Hamidullah Akhundzada

• Ministre par intérim de l’Enseignement supérieur : Abdul Bqi Haqqani

• Ministre des télécommunications par intérim : Najibullah Haqqani

• Ministre des Réfugiés par intérim : Khalilurahman Haqqani

• Directeur du renseignement par intérim : Abdul Haq Wasiq

• Directeur par intérim de la Banque centrale : Haji Mohammad Idris

• Directeur par intérim du Bureau administratif du Président : Ahmad Jan Ahmady

• Ministre par intérim de Dawat-u-Ershad : Cheikh Mohammad Khalid

• Vice-ministre de la Défense : Mollah Mohammad Fazil

• Chef d’état-major de l’armée : Qari Fasihuddin

• Vice-ministre des Affaires étrangères : Sher Mohammad Abbas Stanekzai

• Vice-ministre de l’Intérieur : Mawlawi Noor Jalal

• Ministre adjoint de l’Information et de la Culture : Zabihullah Mujahid

• Premier adjoint du département du renseignement : Mollah Tajmir Javad

• Adjoint administratif du Département du renseignement : Mullah Rahmatullah Najeeb

• Vice-ministre de l’Intérieur chargé de la lutte contre les stupéfiants : Mullah Abdulhaq Akhund

«Le cabinet n’est pas complet», a précisé le principal porte-parole des talibans, Zabihullah Moujahid lors d’une conférence de presse. «Nous essayerons de prendre des gens venant d’autres régions du pays», a-t-il ajouté.

Le chef religieux des talibans, le mollah Hibatullah Akhundzada, quelques heures après l’annonce du nouveau cabinet, a pour sa part publié une déclaration disant que le nouveau gouvernement commencerait ses travaux immédiatement.

«Alors qu’un gouvernement engagé, annoncé par les autorités de l’Émirat islamique pour contrôler et gérer les affaires du pays, qui commencera à fonctionner au plus tôt, j’assure tous mes compatriotes que tous ses membres travailleront dur pour faire respecter les règles islamiques et la charia dans le pays, protégeant les intérêts les plus élevés du pays, sécurisant les frontières de l’Afghanistan et assurant une paix, une prospérité et un développement durables».

Le communiqué indique également que le nouveau gouvernement reste déterminé à protéger les droits humains.

«L’Émirat islamique prendra des mesures sérieuses et efficaces pour protéger les droits de l’homme, les droits des minorités ainsi que les droits des groupes défavorisés dans le cadre des exigences de la religion sacrée de l’Islam», indique le communiqué.

Ces nominations sont intervenues après que des coups de feu en l’air ont été tirés mardi à Kaboul pour disperser une manifestation dénonçant notamment la violente répression des talibans dans le Panjshir, où un mouvement de résistance s’est dressé contre les nouveaux maîtres du pays.

«Ces manifestations sont illégales tant que les bureaux du gouvernement n’ont pas ouvert et les lois proclamées », a commenté Zabihullah Moujahid, qui a «demandé aux médias de ne pas couvrir» ces protestations.

Des centaines d’Afghans ont défilé dans la matinée dans au moins deux quartiers de Kaboul, dénonçant, outre la situation dans le Panchir, l’ingérence du Pakistan, accusé de vouloir contrôler le pays à travers les talibans dont il est très proche.

Près d’une centaine de manifestants, en majorité des femmes, se sont rassemblés devant l’ambassade du Pakistan, chantant: «Nous ne voulons pas d’un gouvernement soutenu par le Pakistan» et «Pakistan, dégage d’Afghanistan».

Zabihullah Mudjahid a nié tout lien de son gouvernement avec le Pakistan, pourtant dénoncé de longue date par la communauté internationale et l’ancien gouvernement afghan.

«Dire que le Pakistan aide les talibans, c’est de la propagande», a-t-il affirmé. «Nous ne permettons à aucun pays de s’immiscer» dans les affaires afghanes, a-t-il assuré.

Le chef des puissants services de renseignement militaires pakistanais, Faiz Hameed, était pourtant ce week-end à Kaboul, où il s’est très probablement entretenu avec des responsables talibans.

Plusieurs journalistes qui couvraient les manifestations ont indiqué avoir été arrêtés, molestés ou avoir eu leur matériel confisqué par ces combattants.

L’Association afghane des journalistes indépendants (AIJA) a indiqué dans un communiqué que 14 journalistes, afghans et étrangers, avaient brièvement été détenus par les talibans avant d’être relâchés, ce qu’elle a dénoncé.

Après la proclamation de la victoire dans le Panchir, Zabihullah Mujahid, avait lancé lundi un ferme avertissement: «Quiconque tentera de créer une rébellion sera durement réprimé. Nous ne le permettrons pas.» 

Le FNR a toutefois affirmé tenir des «positions stratégiques » dans la vallée et continuer la lutte, et Ahmad Massoud, dont on ne sait s’il s’y trouve encore, a appelé chaque Afghan à «se soulever pour la dignité, la liberté et la prospérité» du pays.

Revenus au pouvoir 20 ans après en avoir été chassés par une coalition menée par les États-Unis, les islamistes sont attendus au tournant par la communauté internationale. Ils se sont aussi engagés à respecter les droits des femmes, bafoués lors de leur premier passage au pouvoir. Mais ces promesses peinent à convaincre.

Au cours d’une visite officielle au Qatar, le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a indiqué mardi que les talibans s’étaient à nouveau engagés à laisser les Afghans «avec des documents de voyage partir librement», vers l’étranger.

 «Nous les attendrons sur cette question», a-t-il ajouté. «La communauté internationale toute entière attend que les talibans respectent cet engagement».

*Avec AFP

Voir aussi:

Après la chute du Panjshir, une manifestation à Kaboul menée par un groupe de femme vite dispersée >>

Les talibans annoncent s’être emparés du Panjshir, Massoud appelle les Afghans à un soulèvement national >>

Afghanistan: Blinken obtient des talibans un nouvel engagement sur les évacuations >>