Parcourir Dave Blackburn

0

Parmi les villes du Québec que nous avons contacté afin qu’elles offrent la gratuité du stationnement sur leur territoire afin de reconnaître les sacrifices des anciens combattants et afin d’encourager l’intégration sociale et communautaire de ces hommes et de ces femmes, la Ville de Gatineau faisait sans contredit partie du lot où nous fondions un grand espoir.

Plus
0

Loin de moi l’intention de créer une polémique, mais dernièrement j’ai eu des discussions très enrichissantes sur les définitions d’un ancien combattant et d’un vétéran des Forces armées canadiennes. Le constat général est qu’il est difficile d’en arriver à des définitions arrêtées qui font consensus. Je me questionne depuis.

Plus
0

Jeudi et vendredi dernier, j’étais à Gatineau pour des raisons professionnelles. En conduisant, j’écoutais les animateurs d’une station radiophonique locale se questionner sur l’entêtement de la ville de Gatineau et du gouvernement du Québec de ne pas faire appel au gouvernement du Canada pour obtenir le renfort des Forces armées canadiennes pour faire face aux inondations. La rivière Gatineau débordait déjà et les prévisions météorologiques n’annonçaient rien d’encourageant pour les jours à venir.

Plus
0

À titre de point de départ, il y a lieu de nous questionner sur les positionnements que prendront le ministère de la Défense nationale et les Forces armées canadiennes dans les prochains mois à l’égard du projet de loi au sujet de légalisation du cannabis afin des fins récréatives au Canada.

Plus
0

À notre sortie de l’établissement, nous étions à donner les poignées de main et les bises usuelles d’au revoir au reste du groupe, lorsqu’un homme d’une quarantaine ou possiblement d’une cinquantaine d’années nous a abordés en français pour nous offrir de faire des « push-ups » sur un bras en échange de quelques pièces de monnaie. L’homme continua en disant qu’il était un ancien militaire du Princess Patricia’s Light Infantry (PPCLI), qu’il avait porté le rang de sergent et que depuis maintenant quelques mois il vivait dans la rue.

Plus
0

Il y a deux semaines de cela, je participais à la Conférence sur la transition organisée par le Centre de la famille de Valcartier. Cette conférence avait pour but principal de présenter les expériences canadiennes dans ce domaine à une délégation suédoise composée de militaires, de professionnels offrant des services aux vétérans et aux familles de militaires ainsi que des chercheurs universitaires. Cette conférence fut donc une terre fertile pour des échanges stimulants dans une perspective d’amélioration des services.

Plus
0

Le 11 mars dernier, le Centre de la famille de Valcartier annonçait qu’il était l’un des centres sélectionnés dans le cadre d’un projet-pilote d’une durée de quatre ans pour étendre leurs services aux anciens combattants et aux membres de leur famille. Il ne fait nul doute que cette initiative permettra certainement à quelques familles d’avoir accès à des services spécialisés et propres aux réalités de la communauté militaire et des anciens combattants.

Plus
0

Il y a quelques semaines de cela, le gouvernement du Québec a statué que le Jour du Souvenir (11 novembre) ne deviendrait pas un jour férié à date fixe au Québec. Cette décision se veut un affront direct à tous les hommes et à toutes les femmes qui ont porté l’uniforme et aussi à toutes les familles de militaires et d’anciens combattants du Québec.

Plus
0

Revenant de Kiev où j’y ai séjourné du 5 au 10 octobre 2015 afin de participer à l’International Conference on the Physical and Psychological Rehabilitation of Veterans in Ukraine à titre de conférencier invité, je vous propose une série de trois articles qui touche la crise ukrainienne. Le premier article se veut un exposé des services de soins de santé disponibles pour les militaires ukrainiens.

Plus