Accrochage entre les armées congolaises et rwandaises

1
210
Armes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. (photo: Ph. John Bompengo, Radio-Okapi)
Huit membres des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont péri, ce mercredi, dans des affrontements avec les rebelles (Photo: Archives/Ph. John Bompengo, Radio-Okapi)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Armes à main, les militaires de Fardc concentrés lors du défilé du 30 juin 2010. (photo: Ph. John Bompengo, Radio-Okapi)
Accrochage entre RC et Rwanda à la frontière (Archives/Ph. John Bompengo/Radio-Okapi)

Un incident s’est déroulé dimanche à la frontière de la République démocratique du Congo et du Rwanda impliquant un sous-officier de RDC et des forces rwandaises.

L’armée de RDC parle de «kidnapping», celle du Rwanda d’arrestation d’un soldat «lourdement armé» en territoire rwandais.

«Le sergent Mulanga Kusakala revenait d’une visite de famille et, pendant qu’il se baladait dans la zone neutre, trois policiers rwandais lui ont sauté dessus et l’ont tiré du côté rwandais», a déclaré à l’AFP le lieutenant-colonel Olivier Hamuli, porte-parole de l’armée de RDC dans la province du Nord-Kivu, dont Goma est la capitale.

La zone neutre est une rue de quelques mètres marquant officiellement la séparation entre la RDC et le Rwanda. Goma (RDC) et Rubavu (ex Gisenyi, au Rwanda) sont deux villes jumelles qui ne sont séparées que cette zone neutre de quelques mètres.

L’armée rwandaise affirme de son côté que le militaire congolais avait été arrêté «par les forces de sécurité dans la ville de Rubavu […] menant des activités éminemment suspectes […] Il était lourdement armé, habillé en tenue de combat complète et transportait toutes sortes d’équipements militaires», a précisé l’armée rwandaise.

Les relations entre les deux pays se sont à nouveau tendues avec la création du Mouvement du 23 mars (M23) en 2012. Des experts de l’ONU accusent le Rwanda et l’Ouganda, de soutenir cette rébellion.

Fin août, lors d’une reprise des combats entre l’armée congolaise, appuyée par les Casques bleus de l’ONU, et le M23, Kigali a accusé Kinshasa d’avoir lancé chez elle plusieurs dizaines d’obus, essentiellement dans la zone de Gisenyi.

Le Rwanda avait alors discrètement renforcé son dispositif militaire à la frontière et menacé la RDC de représailles. Mais, selon l’ONU, les obus avaient été tirés par le M23.

«Il y a environ trois semaines, des militaires rwandais se sont postés sur la colline qui se trouvait du côté du cimetière Gabiro (à Goma) en disant qu’ils craignaient une menace des FDLR, qui pourraient passer par là pour les attaquer. Tout s’était réglé à l’amiable: les Rwandais sont repartis et les FARDC se sont déployés», a indiqué le lieutenant-colonel Hamuli.

* avec AFP

À lire aussi:

RDC: les pays voisins somment les rebelles du M23 de cesser les combats >>

 

En RDC les rebelles du M23 reculent dans l’Est >>

1 COMMENT

Comments are closed.