Les Shebabs somaliens revendiquent clairement l’attaque et la prise d’otage de Nairobi

0
82
Capture d'écran d'une vidéo montrant une femme s'extrayant d'une bouche d'aération d'où elle s'était extraite le 21 septembre 2013 pour échapper à des terroristes dans un centre commercial de Nairobi (Nichole Sobecki/AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Capture d'écran d'une vidéo montrant une femme s'extrayant d'une bouche d'aération d'où elle s'était extraite le 21 septembre 2013 pour échapper à des terroristes dans un centre commercial de Nairobi (Nichole Sobecki/AFP)
Capture d’écran d’une vidéo montrant une femme s’extrayant d’une bouche d’aération d’où elle s’était extraite le 21 septembre 2013 pour échapper à des terroristes dans un centre commercial de Nairobi (Nichole Sobecki/AFP)

Les shebab somaliens, liés à Al-Qaïda, ont revendiqué clairement l’attaque en fin de journée qui a déja fait au moins 30 morts au «Westgate Mall», un centre commercial de luxe de la capitale kenyane, alors que les affrontements se poursuivaient encore au entre forces de sécurité et assaillants retranchés dans l’un des étages.

—-
Mise à jour au 21/09/2013 à 17h45

Le bilan s’élève maintenant à 39 morts et 150 blessés parmi la foule des riches clients kényans et expatriés du «Westgate Mall».

Deux Françaises ont été tuées dans l’attaque, a annoncé la présidence française dans la soirée.

Des Américains figurent aussi parmi les blessés, selon le Département d’Etat à Washington, et il y a «sans aucun doute» des victimes britanniques qui «se sont retrouvées piégées», a prévenu pour sa part le le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague.
—-

«Les moujahidines ont pénétré aujourd’hui vers midi dans Westgate. Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit», ont affirmé les islamistes sur leur compte Twitter qui, depuis, a été suspendu.

Même si les autorités kenyanes semblent refuser de se prononcer sur l’identité des attaquants, ni sur leurs motivations, il était de plus en plus évident qu’il s’agissait bien d’une attaque terroriste. «Le style de l’attaque et la manière dont ils (les assaillants) parlaient à leurs cibles montrent clairement qu’il s’agit d’une attaque bien préparée par un groupe terroriste», avait déclaré à une agence de presse européenne un responsable policier, précisant que le commando «organisé» comptait jusqu’à dix membres. Les shebabs ont justifié l’attentat comme des représailles à l’intervention de l’armée kényane depuis deux ans dans le sud de la Somalie contre le groupe islamiste, rappelant avoir « prévenu le Kenya de l’attentat meurtrier à nombreuses reprises ». «Ce que les Kényans voient à Westgate, c’est de la justice punitive pour les crimes commis par leurs soldats» en Somalie »contre les musulmans», ont-ils écrit, sommant le gouvernement kenyan de retirer toutes ses forces de Somali. «Le message que nous envoyons au gouvernement et à la population kényane est et sera toujours le même: retirez toutes vos forces de notre pays».

Les affrontements se poursuivaient en début de soirée dans le «Westgate Mall», un imposant bâtiment beige et rectangulaire de quatre étages, où les assaillants sont «encerclés dans un secteur de l’un des étages»

«Nous sommes dans le processus de sécurisation du bâtiment, magasin après magasin, et d’évacuation des personnes« piégées à l’intérieur depuis le début de l’attaque, a expliqué ce responsable à l’agence de presse.

Les teroristes, quant à eux, ne semblent prêts à mourir au combat et déclaraient, il y a moins d’une heure, que «Dix heures ont passé et les Moujahidines sont toujours forts à l’intérieur du au Westgate Mall».

Pendant ce temps, des clients et employés du centre commercial, en état de choc, continuaient d’en émerger par petits groupes dans la soirée.


Images de la fussillade au «Westgate Mall» (Vidéo: World Media Films):

À lire aussi:

Au moins 22 morts, des dizaines de blessés dans une fusillade au Kenya avec prise d’otages >>