On fêtera le 15e anniversaire de la Station spatiale internationale sur Twitter

0
143
La Station spatiale internationale aura 15 ans le 20 novembre et les agences spatiales célèbreront en créant une vague planétaire sur Twitter (ASC)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
La Station spatiale internationale aura 15 ans le 20 novembre et les agences spatiales célèbreront en créant une vague planétaire sur Twitter (ASC)
La Station spatiale internationale aura 15 ans le 20 novembre et les agences spatiales célèbreront en créant une vague planétaire sur Twitter (ASC)

La Station spatiale internationale aura 15 ans le 20 novembre et les agences spatiales célèbreront en créant une vague planétaire sur Twitter

L’Agence spatiale canadienne, l’Agence spatiale européenne (ESA), l’Agence spatiale japonaise (JAXA) et la NASA soulignent le quinzième anniversaire de la Station spatiale internationale (ISS) dans les médias sociaux en organisant un événement mondial sur Twitter.

Lors de sa dernière misssion à bord de la Station spatiale, l’astronaute canadien, Chris Hadfield, bénéficiant d’une connexion régulière avec la terre ferme, avait partagé son expérience sur les réseaux sociaux, envoyant photos, vidéos et même enregistrement de chansons via Twitter.

Le 20 novembre 2013, les agences spatiales participantes lanceront donc une vague mondiale sur Twitter: à partir de minuit (UTC) – le fuseau horaire officiel de l’ISS – les agences publieront 24 gazouillis relatifs à l’ISS en 24 heures, soit un gazouillis toutes les 60 minutes, à l’heure juste.

Les Canadiens pourront suivre la vague mondiale sur les comptes Twitter de l’Agence spatiale canadienne, située à Longueuil, en français(à @asc_csa) comme en anglais(à @csa_asc) .

Les utilisateurs de Twitter pourront aussi se joindre à la conversation à l’aide du mot-clic #ISS15 et sont invités à dire ce que la Station spatiale, la science et la technologie à bord ainsi que les astronautes représentent pour eux.

La Station spatiale internationale (NASA)

L’histoire de la Station en est une de collaboration.

Depuis le 20 novembre 1998, date du lancement de Zarya, le premier module de l’ISS, cinq agences spatiales ont travaillé conjointement à la construction du laboratoire orbital – l’une des initiatives scientifiques et techniques les plus complexes jamais entreprises.

Avec les États-Unis, la Russie, l’Europe et le Japon, le Canada est partenaire de ce laboratoire de recherche orbital qu’est la Station spatiale internationale (ISS).

Depuis le lancement de son premier module en 1998, la station fait le tour de la Terre 16 fois par jour à environ 370 km d’altitude à une vitesse de 28 000 km/h. Elle parcourt quotidiennement une distance correspondant à un aller-retour entre la Terre et la Lune.

L’ISS a la taille d’un terrain de football canadien et une surface habitable équivalente à celle d’une maison de cinq chambres.

La contribution canadienne «a fait la différence».

La contribution canadienne à l’ISS, soit le Système d’entretien mobile (MSS), est un ensemble complexe d’éléments robotiques qui a servi à l’assemblage de la station, un module à la fois. Développé pour l’Agence spatiale canadienne par MDA de Brampton, en Ontario, le MSS est composé de trois éléments robotiques.

La contribution canadienne comprend:le «Canadarm2», un bras robotique de 17 mètres de longueur, «Dextre»,  le «robot bricoleur» chargé des travaux d’entretien de routine et la «Base mobile», qui est à la fois une plateforme et un poste d’entreposage.

L’investissement du Canada dans l’ISS donne accès à la station aux scientifiques canadiens qui peuvent y mener des recherches au profit des Canadiens.

À lire aussi:

Chris Hadfield devient le 1er commandant canadien de la Station spatiale >>

 

Stephen Harper nomme le général Walt Natynczyk président de l’Agence spatiale canadienne >>